Tanzanie: le rapatriement volontaire des réfugiés burundais perturbé par la nouvelle identification biométrique


Burundi Tanzanie Nduta Réfugiés

Le rapatriement des réfugiés burundais est momentanément suspendu depuis deux semaines. Il va reprendre après le travail d’identification biométrique en cours.

Depuis le mois d’avril dernier, la commission tripartite constituée par le Burundi, la Tanzanie et le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a décidé que le rapatriement volontaire des réfugiés burundais se fera deux fois le mois.

Cependant, cette résolution est perturbée par le travail d’identification biométrique des réfugiés faite par le HCR en collaboration avec la Tanzanie, depuis la semaine dernière dans les camps de réfugiés de Nduta, Nyarugusu et Mtendeli.

Un représentant du gouvernement de la Tanzanie a visité samedi dernier le camp de Nduta qui héberge uniquement les Burundais. Le chef du département des réfugiés au ministère de l’Intérieur Tanzanien a indiqué que Dar-Es-Salaam salue l’initiative du HCR qui permettra d’actualiser les données de tous les réfugiés.

Dans son discours, il s’est excusé auprès des réfugiés burundais qui s’étaient enregistrés pour le retour volontaire au pays. “Nous nous excusons du retard dû à ce recensement en cours qui a momentanément suspendu le rapatriement. Mais nous vous promettons que dès le 15 août, le rapatriement va reprendre,” a-t-il indiqué tout en interpellant les réfugiés burundais à rentrer en masse.

Certains Burundais restent sceptiques sur le message donné. « Les gouvernements burundais et tanzanien se seraient-ils mis d’accord pour un retour forcé de tous les réfugiés burundais ? » Se demandent-ils.