L’EAC face au COVID-19


EAC, Burundi, face au coronavirus

La pandémie touche quatre pays membres de la communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) qui en compte six. 70 cas de Coronavirus y ont été confirmés. Mardi, une réunion des ministres de la santé de la région s’est tenue pour faire face au Covid-19. (SOS Médias Burundi).

Le premier cas de Coronavirus a été confirmé au Rwanda, il y a deux semaines. Le 25 mars, le nombre de personnes infectées s’élevait à 40. Des mesures spectaculaires ont été prises depuis. Fermeture des frontières, de l’aéroport de Kigali et des lieux publics (églises, établissements scolaires et universitaires, gares routières et marchés).

Le premier ministre rwandais Eduard Ngirente s’exprime régulièrement via les réseaux sociaux pour faire le point et indiquer les recommandations face au Covid-19.

Pour en arriver à ce stade, le ministre de la santé avait dressé un bilan inquiétant.

Nous avons constaté que plus de 680 personnes ont été en contact avec les cas confirmés du Coronavirus. Et parmi eux, 60% ont été retrouvés, mais il y a encore 40% qui circulent dans le pays. Mieux vaux arrêter tout mouvement pour essayer de limiter la propagation du Covid-19

Dr Daniel Ngamije, ministre de la santé du Rwanda

Kenya : vers des mesures de confinement

Ce 25 mars, le nombre de cas de Coronavirus est passé à 25. Plusieurs centaines de personnes se trouvent en quarantaine. Les comtés concernés sont Nairobi, Mombasa, Kilifi et Kwale. Le milliardaire chinois Jack Ma a financé 25 000 kits de test.
Le Kenya va vers des mesures de confinement. Déjà, les écoles et les églises sont fermés. Les vols ont été suspendus ce mercredi. Les frontières terrestres sont étanches.

Ouganda: centaines de personnes en quarantaine

Le président Ougandais Yoweri Musevi a appelé au calme alors que le nombre de cas de coronavirus s’élevait à 19, hier soir. Lundi, 2 661 voyageurs – dont des Ougandais – ont été identifiés comme des sujets à risques potentiels. Tous ont été placés en « auto-quarantaine » ou en quarantaine « institutionnelle », selon la ministre de la santé, Jane Ruth Aceng.

Kampala a pris également des précautions. Fermeture des frontières, écoles, églises et de l’espace aérien. Suspension du transport en commun et à moto. Déplacements en véhicule privé réglementés : pas plus de trois personnes, chauffeur inclu. Les marchés restent ouverts, seulement pour les vivres.

Seulement voilà, une psychose s’installe dans la population. Plusieurs dizaines d’individus en quarantaine se sont « évadés », selon des sources officielles. Cela s’expliquerait par des frais de séjour supportés par les intéressés. Ces frais peuvent atteindre 100 $ par jour, d’après nos informations. Des voix dans la population s’élèvent. Elles demandent au gouvernement de prendre en charge ces frais pour limiter réellement la propagation du Covid-19.

Tanzanie : espace aérien bientôt fermé

En Tanzanie, 12 cas de coronavirus ont été confirmés. Le Premier ministre, Kassim Majaliwa a fermé toutes les écoles primaires et secondaires, les collèges ainsi que les établissements d’enseignement supérieur pendant un mois « pour aider à freiner la propagation de ce virus mortel ». Un numéro vert d’urgence pour appeler les hôpitaux a été ouvert. Le président de la Tanzanie a aussi indiqué que l’espace aérien sera prochainement fermé.

Burundi : s’en remettre à Dieu

Il n’y a toujours pas de cas confirmés au Burundi. Toutefois, le gouvernement tente de riposter avec des mesures. Installation de plusieurs centres de quarantaine pour voyageurs en provenance de pays touchés. Fermeture de l’aéroport de Bujumbura (effective depuis dimanche dernier).

Ruhwa – La frontière burundo-rwandaise fermée

Cela dit, les lieux publics comme les stades, les écoles, les églises et mosquées, les gares routières ainsi que les salles de conférences fonctionnent normalement. La vie politique, elle, ne connait pas de trêve ; à deux mois des élections générales, des meetings continuent d’être organisés à l’intérieur du pays.

Nous n’avons aucune inquiétude quant à la tenue des élections. Celles-ci auront bel et bien lieu.

Jean Claude Karerwa Ndenzako, porte parole du président Nkurunziza, sur les ondes de la BBC

Les dirigeants du Burundi multiplient d’ailleurs les messages rassurants. Ils s’appuient sur la protection du « Tout Puissant ».

Comme nous ne cessons de le répéter, le Burundi est une exception parmi d’autres nations, car c’est un pays qui a donné à Dieu la première place, un Dieu qui le garde et le protège de tout malheur. Ce n’est pas la première fois que le monde est frappé par une calamité, mais, à chaque fois, le Burundi a été épargné. Nous avons foi en notre Dieu, il nous protégera de toute calamité

Karerwa Ndenzako,

Société civile pas convaincue

Une dizaine d’organisations de la société civile ont rendu publique une déclaration sur la situation au Burundi. « Les mesure ne sont pas suffisantes, sachant que le Burundi est entouré par des pays déjà infectés comme le Rwanda, la Tanzanie et la République Démocratique du Congo », estiment-elles. Les ONG réclament la mise en place d’une cellule nationale de gestion de crise. Celle-ci inclurait les organisations nationales et internationales œuvrant dans le domaine humanitaire.

COVID-19, Bujumbura, Burundi, on se lave les mains
Dans les lieux publics burundais, on doit se laver les mains désormais

Cette cellule coordonnée par le ministère de la santé est d’une impérative nécessité. Des équipes médicales spécialisées et des moyens adaptés dont ceux du transport doivent être envisagés dans toutes les provinces. Des numéros verts doivent fonctionner 24h sur 24. Ce qui permettrait de gérer en temps réel certaines urgences.

Maitre Janvier Bigirimana, coordinateur du mouvement “Tournons La page Burundi”

Appel à fermer les lieux publics

« Le gouvernement doit suspendre les activités des écoles et des universités sur tout le territoire pendant quelques semaines. La même mesure devrait concerner les églises, toutes les activités culturelles, sociales ou festives », ont demandé ces organisations de la société civile Burundaise en insistant aussi sur les conditions d’hygiène dans les lieux de détention .

L’EAC au secours des pays membres infectés par le Covid-19

Une vidéo conférence a été organisée ce mardi par la Communauté de l’Afrique de l’Est à l’endroit des ministres de la santé du bloc. L’objectif était de faire face au Coronavirus. Plusieurs décisions ont été prises.

Le Secrétariat de l’EAC va déployer des laboratoires mobiles et des kits de test de coronavirus dans tous ses États partenaires. Chaque État recevra un véhicule équipé de matériel de laboratoire entièrement fonctionnel ayant la capacité d’effectuer des tests.

Communiqué final de la session de l’EAC

Rappelons que le Laboratoire médical de l’EAC est basé à Bujumbura. L’organisation a également mis en place un Comité régional de coordination chargé de communiquer sur les risques.

Le bloc régional a demandé aux pays n’ayant pas encore de cas (le Burundi et le Sud-Soudan) de rester « vigilants ». « Des événements de grande envergure comme les sommets et conférences doivent être suspendus », a enfin recommandé l’EAC.