Burundi-Elections: les États-Unis souhaitent une issue heureuse


Dans un briefing via téléconférence, Tribor P. Nagy, secrétaire assistant adjoint au département d’État du bureau des affaires africaines a demandé aux Burundais d’éviter le recours à la violence au cours de cette période post- électorale. Il recommande de résoudre les contentieux électoraux par des procédures judiciaires. (SOS Médias Burundi)

S’exprimant sur les questions de l’heure en Afrique subsaharienne dont la gestion de la pandémie de Covid-19,  le responsable américain est revenu sur les élections au Burundi. Il les a appréciées en les qualifiant de pacifiques. D’ailleurs, il a en quelques sortes répété ce que avait dit son collègue ; le Secrétaire d’État,  le jour du scrutin.

 » Nous exhortons toutes les parties à s’abstenir de provocations ou violences, à respecter les droits démocratiques de tous les citoyens et à faire recours aux instances juridiques établies pour résoudre les plaintes potentielles » liées aux scrutins dont les résultats provisoires seront connus la semaine prochaine », a dit Tribor Nagy.

Ce haut responsable américain chargé des affaires africaines indique qu’il est crucial de suivre de près la situation à partir du 26 mai prochain, jour ou les résultats provisoires seront communiqués par la commission en charge des élections.

« Nous allons évidemment suivre non seulement les élections, mais également la période post-électorale.
Il est très important de continuer à faire des actions pour la non-violence à la suite d’un processus démocratique aussi positif que possible » a dit Nagy, lui qui a une expérience avérée sur les questions africaines pour y avoir travaillé pendant longtemps.

Il espère que les relations entre les États-Unis et le Burundi qui, d’une certaine manière avaient été perturbées depuis le début de la crise de 2015, seront renormalisées avec les nouveaux dirigeants.