Nduta (Tanzanie) : les services de santé peinent à contenir la rougeole


Une pancarte de la zone C du camp de Nduta

Les cas de rougeole ne cessent de se manifester dans le camp de réfugiés burundais de Nduta.Les services sanitaires n’arrivent pas à contenir la maladie. Les réfugiés exigent comme solution un vaccin d’urgence. (SOS Médias Burundi)

Jusqu’à la fin de la semaine dernière, plus de 350 personnes atteintes de rougeole avaient été identifiées par Médecins Sans Frontières (MSF) à Nduta.

D’après nos sources, la rougeole s’est manifestée pour la première fois au mois de mai dernier, et les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables.

Selon une source médicale qui a requis l’anonymat, les services sanitaires n’ont pas encore trouvé de stratégies pour maîtriser la maladie. « On avait même pensé à administrer un vaccin à tous les enfants de moins de cinq ans la semaine dernière. Toutefois, le vaccin n’a pas pu être disponible à temps », a-t-elle révélé à notre reporter.

Des pères et des mères de famille disent craindre pour leurs enfants. Ils affirment que chaque village des 21 que compte le camp, enregistre au-moins une dizaine d’enfants atteints par la maladie.

Une équipe d’agents sanitaires a été mise en place pour gérer cette crise. Ils passent de village en village pour voir si il n’y a pas de cas qui ne se sont pas reportés à l’hôpital, d’après des sources médicales.