Covid-19: les autorités burundaises prennent conscience


Le prix du savon va être réduit à moitié, celui des services de l’eau réduit dans les villes et chef-lieux de provinces et des cellules de dépistage du Covid-19 mises en place dans chaque province. Ce sont entre autres mesures prises par le président Évariste Ndayishimiye. Le chef de l’État a reconnu cet après-midi que le Coronavirus est « une menace pour le Burundi et le monde entier ».( SOS Médias Burundi)

Le nouveau président s’est exprimé après la prestation de serment de nouveaux membres de son gouvernement.
Contrairement à son prédécesseur feu Pierre Nkurunziza, le président Évariste Ndayishimiye n’a pas banalisé la pandémie de covid-19. « Le coronavirus est un mal qui gangrène le Burundi et le monde entier. Unissons nos forces pour combattre ce fléau. L’initiative d’éradiquer ce fléau doit être menée par tout un chacun, et ensemble nous vaincrons », a-t-il dit.

Des mesures de prévention contre la pandémie

M. Ndayishimiye a promis la réduction du prix du savon. « Le prix du savon sera revu à la baisse à hauteur de 50% en vue de faciliter la population à observer les mesures d’hygiène. Que les fabricants et les commerçants des savons ne s’inquiètent pas. Le gouvernement va subventionner les 50% qui restent. Mais, faites attention, celui qui voudra exporter les savons produits localement sera sévèrement sanctionné ».

Le président Ndayishimiye a aussi pris la mesure de réduction du prix des services de l’eau dans les villes et chef-lieux de provinces. Toutefois, il n’a précisé dans quelles proportions la réduction sera opérée. « C’est pour rendre ce produit accessible à tout le monde jusqu’à ce que la pandémie soit éradiquée », a-t-il déclaré.

Dans les provinces où la pandémie fera beaucoup parler d’elle, il fait savoir que des équipes de médecins seront envoyés pour faire des dépistages en masse.
« Toute personne qui refusera de se faire tester sera considéré comme un sorcier et sévèrement punie », prévient le président Ndayishimiye qui appelle les comités de sécurité à s’impliquer pour faire respecter les mesures de prévention contre le Covid-19, comme ils le font pour sauvegarder la paix et la sécurité.

Très peu de gens portaient un masque de protection contre le Coronavirus à l’hémicycle de Kigobe au moment de la prestation de serment de nouveaux membres du gouvernement. Depuis le début de la pandémie, les autorités burundaises ont été critiquées pour leur « gestion opaque » de la pandémie. L’ancien président Pierre Nkurunziza qui a été emporté par le Coronavirus selon nos sources ne cessait de déclarer que « l’air de son pays était purifié par Dieu et que le Covid-19 ne l’atteindra pas ».