Elections2015 – Des agents de la CENI engagés sur le TAS (TÉMOIGNAGE)


Burundi election amatora CENI

un jeune garçon habitant Bujumbura raconte comment il est devenu agent de la CENI dans un bureau au coeur de la contestation. (SOS Médias Burundi)


Clovis , 19 ans est un jeune étudiant vivant à Bujumbura dans un quartier plutôt calme (où il n’y a pas eu de manifestations).

Deux jours avant les élections du 29 juin, un de ses proches, responsable de la commission Électorale Communale Indépendante CECI dans un  » quartier chaud » le contacte pour lui dire qu’ils ont besoin d’agents pour travailler le jour des élections  » J’avais vraiment besoin d’argent, ne serait-ce que pour acheter des unités et me payer le bus si je dois aller quelque part, donc j’ai accepté ».

Le lendemain, donc la veille des élections il a été invité dans une réunion de briefing.
 »Nous étions 105 mais il leur fallait encore 100 agents de plus donc ils nous ont dit d’amener tous ceux qui seraient intéressés.

« Ils ne nous ont pas interrogé sur notre âge, fonction, ethnie ou mouvance politique. Tous ceux qui se sont présentés ont été pris »


Clovis a travaillé dans un des quartiers où le mouvement de contestation a été le plus intense.  » La nuit d’avant, des attaques y avaient été menées. J’avais très peur mais j’y suis allé. Arrivé sur place, je me suis calmé et me suis habitué, le décompte n’a même pas traîné car la participation y était très faible ».

Ces agents recrutés à la dernière minute n’ont pas touché leur paie mais ont signé des contrats disant  » que nous serons payés 20.000 francs burundais peu de jours après les élections  » précise Clovis.

Chaque bureau de vote comptait 5 agents dont un responsable, celui-ci sera payé 22.500 francs burundais.


(nous avons utilisé un faux nom pour la sécurité de notre source).