Ntega (Kirundo) : un viol sur une fille d’un opposant passé sous silence


Burundi Kirundo

Une fille de 13 ans dont les parents sont membres du parti CNL a été sexuellement agressée par un responsable du CNDD-FDD dans la localité de Monge-Kiramata (zone de Ntega, en province de Kirundo, Nord du pays) selon les témoignages des habitants. (SOS Médias Burundi)

Les faits se seraient passés entre le premier et le quatre juillet dans une maison close se trouvant sur la colline Monge-Kiramata où la fille a été conduit par son présumé agresseur. La famille de la victime a été sommée de ne pas porter plainte.

« La petite fille agonisait quand on l’a récupérée. Elle était laissée pour morte près d’un buisson après le viol. On l’a acheminée au centre de santé de Ntega où elle a reçu les premiers soins. Sa santé reste précaire », a indiqué un voisin de la fillette.

« Au moment où le père de la victime se préparait à porter plainte, le chef de la colline Gérard Habimana  et des Imbonerakure l’ont menacé de lynchage. La famille vit actuellement dans la peur. En plus, les parents de la victime sont sommés de ne pas quitter la zone de Ntega alors que la santé de la petite se détériore chaque jour », raconte un proche de la famille.

On nous a signifié que les filles des opposants vont payer un lourd tribut. On vit dans l’angoisse. Certains parents commencent à envoyer leurs filles dans d’autres localités. Le viol est devenu une arme de répression contre les opposants. Plusieurs filles ont été violées et obligées de se taire. Elles, tout comme leurs familles respectent les ordres des agresseurs pour leur sécurité

un responsable du parti CNL.

SOS Médias Burundi a essayé de joindre l’administrateur de la commune de Ntega, sans succès.