Bujumbura : le financement pour les élections de 2020 divise l’UPRONA


Pour bien battre campagne, le parti UPRONA doit réunir une somme de plus de 4 millions de dollars américains. Le projet divise les Badasigana ( militants de l’UPRONA). Il y en a qui dénoncent déjà une manœuvre de dilapidation des biens du parti dernière ce projet. ( SOS Médias Burundi)

Des Badasigana estiment que ce projet de financement est une malversation et une dilapidation des rares biens du parti qui restent.

Ce projet est une honte pour le parti. Ils ont surfacturé plusieurs choses. L’objectif est de vendre tous les biens du parti pour financer la campagne électorale et autres préparatifs liés aux élections de 2020. C’est un prétexte pour piller le parti et ses membres

un membres du directoire de ce parti

Ce projet est une fantaisie. Le groupe qui l’a conçu n’est pas connu de tous à part le président du parti Abel Gashatsi et Gaston Sindimwo, premier vice-président de la République. Ils veulent partir en ayant tout emporté avec eux. Ils obligent aussi à chaque membre du parti de cotiser plus de 20 % de son salaire au risque de perdre son poste en cas de refus

un parlementaire de l’UPRONA.

Contactée, la direction du parti UPRONA indique que ceux qui n’acceptent pas ce budget sont des fauteurs de trouble qui ne veulent pas que le parti avance.

L’UPRONA veut remporter les élections de 2020, comme en 1961. Pour y arriver il y a des sacrifices à faire, y compris financiers. Croyez-le ou non, le train est déjà en marche et personne ne va l’arrêter. Les chiens aboient mais la caravane passe

un dirigeant du parti UPRONA qui a voulu gardé l’anonymat