Burundi : Près de 70 tués sur le premier trimestre de 2020 (Ligue Iteka)


Iteka droits homme burundi

Le rapport trimestriel de la Ligue Iteka est sorti. L’organisations de défense des droits de l’homme – en exil depuis 2015 – a recensé 67 assassinats dans les différentes provinces du pays. (SOS Médias Burundi)

Pour Iteka, les cas de violence extrème continuent d’être observés.

Au cours de la période couverte par ce rapport, au moins 67 personnes ont été tuées. 38 cadavres ont été retrouvés. Nous avons 14 cas d’exécutions extrajudiciaires, 6 enlevées et/ou portées disparues, 15 victimes de VBG (violences basées sur le genre), 23 personnes torturées et aussi 204 arrêtées arbitrairement.

Anchaire Nikoyagize, président de la Ligue Iteka.

Parmi les victimes enregistrées, figurent 5 femmes et 2 mineurs tués, 1 femme enlevée, 2 femmes et 3 mineurs torturés ainsi que 11 femmes et 10 élèves arrêtés arbitrairement.

Toujours d’après le document, les victimes sont en majorité des opposants politiques. Surtout du CNL, le principal challenger du parti au pouvoir.

En premier lieu, les auteurs appartiennent à la police, ensuite viennent les Imbonerakure (jeunes du parti au pouvoir, le CNDD-FDD), des agents du SNR (renseignement burundais) et des administratifs à la base.

Anchaire Nikoyagize

À moins de deux mois des élections générales, Iteka estime que « le pire est à craindre ».

Les autorités burundaises ont toujours jugé les rapports de la ligue « calomnieux » ne visant qu’à « ternir l’image du pays ».