Makamba : des Burundais de retour de Tanzanie rackettés et violentés


Province de Makamba

Ces dernières semaines, des Imbonerakure avec l’appui de responsables locaux rackettent et violentent des jeunes gens qui arrivent de Tanzanie. (SOS Médias Burundi)

SOS Médias Burundi a recueilli des témoignages. Tous évoquent « Une mafia ». Des barricades ont été érigées au niveau de deux postes-frontière.


Il ont mis une barrière au poste d’entrée sur la commune de Kayogoro, et une autre à Bigina (commune de Mabanda). Les Imbonerakure montent la garde jour et nuit.

Témoins

Racket

Des habitants affirment que les Burundais arrivant de Tanzanie, se heurtent à un « checking forcé.


On les dépouille de leur argent et de leurs affaires. Celui qui se présente avec un montant d’argent conséquent risque de perdre la vie. Dernièrement on a eu des cadavres dans la rivière Maragarazi qui sépare le Burundi de la Tanzanie ».

Témoins

Des responsables locaux impliqués

D’après des observateurs locaux, deux hommes coordonnent une bande chargée du racket.


Ici, le chef de zone, Paul Rwajekera collabore avec le patron des Imbonerakure, un certain Ntakirutimana beau-frère de l’administrateur de Kayogoro. Ils sont intouchables. Aujourd’hui, ils sont millionnaires. Ntakirutimana, un ancien motard s’est fait construire une maison, il a acheté une voiture. Et en plus, il ne cesse de s’en venter.

Habitants

Les Burundais cheminant par les postes-frontière en question sont pour la plupart originaires des provinces de Karusi (Centre-Est Burundi) et de Ngozi (Nord-Burundi). Ils reviennent au pays après des travaux champêtres en Tanzanie.