Nakivale (Ouganda): le HCR-Ouganda manque de subsides

Nakivale (Ouganda): le HCR-Ouganda manque de subsides

La représentation du HCR (Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés) en Ouganda a indiqué la semaine dernière que ses stocks sont sur le point de s’épuiser. Cette agence onusienne demande à ses partenaires de débloquer d’autres financements. Les réfugiés burundais s’inquiètent. (SOS Médias Burundi)

Le représentant pays du HCR en Ouganda a souligné que le stock disponible pour le moment prendra fin en septembre prochain.

Joel Boutroue a indiqué que cette agence risque d’être débordée par le nombre croissant de réfugiés qui continuent d’affluer vers l’Ouganda en provenance de la somalie, du sud Soudan, de la RDC et du Burundi.

C’était dans une vidéoconférence en marge de la journée internationale des réfugiés qui n’a pas été célébrée à cause de la pandémie du Covid-19.

Le ministre ougandais en charge des réfugiés a quant à lui précisé que si le HCR manque des moyens, l’Ouganda procédera à l’accélération du retour des réfugiés “là où c’est possible”.

Crainte des réfugiés

Des réfugiés burundais indiquent s’être sentis interpellés d’autant plus que leur pays ne cesse de répéter que « la paix est revenue ».

“Nous savons que nous serons les premiers à être frappés par la mesure. Et d’ailleurs le président ougandais est un ami du Burundi, donc il répondra directement à l’appel des nouvelles autorités qui nous demandent de rentrer. Mais, nous ne sommes pas prêts à céder”, ont réagi certains d’entre eux au camp de Nakivale.

Ils s’inquiètent du processus de rapatriement des réfugiés qui va être entamé par la nouvelle équipe du président burundais.

Pour eux, le processus du retour des réfugiés devrait être une des questions fondamentales sur la table de négociations dans un dialogue sincère soutenu par la communauté internationale.

Les réfugiés qui se confiés à SOS Médias Burundi souhaitent que les gouvernements des pays d’accueil prennent toujours en considération leurs avis en cas de rapatriement volontaire. Ils rappellent que c’est d’ailleurs mentionné dans les conventions internationales relatives à la protection des droits des réfugiés.

Previous Mtendeli (Tanzanie) : le marché central du camp détruit
Next Nduta (Tanzanie) : les services de santé peinent à contenir la rougeole

About author

You might also like

réfugiés

Nyarugusu (Tanzanie): les hommes d’église dans le collimateur des autorités tanzaniennes

Depuis quelques semaines, des pasteurs et responsables d’églises ne vont plus prêcher la bonne nouvelle les dimanches. Ils craignent d’être arrêtés par la police tanzanienne qui, en collaboration avec des

réfugiés

Environ 2400 personnes ont fui le Burundi entre janvier et février 2020

Dans le dernier rapport qui vient d’être publié, le HCR montre que les deux premiers mois de l’an 2020 ont connu un mouvement massif des Burundais qui se sont exilés.

réfugiés

Nakivale (Ouganda) : des réfugiées burundaises refusent le fardeau de la vie exil

Plus de deux cent femmes réfugiées se sont mises ensemble le week-end dernier pour célébrer la fête de nouvel an. Une occasion de consolider les liens d’unité, de solidarité et