Les politiques burundais pleurent la mort de Mkapa, l’ancien facilitateur dans la crise de 2015


Benjamin William Mkapa, ancien président tanzanien s’est éteint dans la nuit de jeudi à l’âge de 82 ans. Il a joué un grand rôle dans les accords de paix d’Arusha de 2000 qui a mis fin à une décennie de guerre civile au Burundi. Et en 2015, il a été nommé par les chefs d’Etat de la communauté Est-Africaine comme facilitateur dans la crise qui est née de la volonté de l’ex-président burundais Pierre Nkurunziza de briquer un autre mandat jugé d’anticonstitutionnel par ses détracteurs. (SOS Médias Burundi)

Benjamin William Mkapa, président de la 3ème République en Tanzanie n’est plus. Il est décédé d’une mort naturelle selon l’actuel président de ce pays John Pombe Magufuli.

“Nous voulons annoncer au public que nous venons de perdre un sage, un vieux mûr et conseiller dans la politique tanzanienne. Le pays tout entier pleure sa mort. Notre sage Mkapa venait de passer quelques jours alité à l’hôpital de Dar-es-Salaam”, a-t-il indiqué avant de déclarer un deuil national.

Mkapa a dirigé la République unie de Tanzanie de 1995 à 2005. A cette époque, son pays accueillait les négociations de paix entre le gouvernement du Burundi et le mouvement rebelle CNDD-FDD, l’actuel parti au pouvoir.

L’ancien président Domitien Ndayizeye qui était à la tête du Burundi à l’époque, se souvient de la grande contribution de feu Mkapa dans l’aboutissement des Accords de Paix et de Réconciliation signés en 2000.

“Nous devons cet accord à son gouvernement. Son apport est inestimable. Je me souviens que moi même je l’ai consulté plus de trois fois pour qu’il nous aide à faire rencontrer le mouvement rebelle d’alors CNDD-FDD et le gouvernement burundais et surtout pour la question de la mise ensemble des corps de défense et de sécurité”, se rappelle l’ancien président Domitien Ndayizeye.

En 2015, les chefs d’Etat de l’EAC ont confié la facilitation à Benjamin Mkapa. Ce vieux devrait assurer la médiation entre le gouvernent de feu Pierre Nkurunziza et son opposition qui avait manifesté dans les rues pour s’insurger contre la volonté de Nkurunziza de briguer un autre mandat. Il avait aussi la tâche de faire pression sur Gitega pour que les assassinats d’opposants cessent. Il devrait aussi négocier la fin des violences contre des journalistes et défenseurs des droits humains.

Après cinq tentatives de round de dialogue en quatre ans, les protagonistes burundais ne se sont jamais assis ensemble autour d’une seule table de dialogue.

L’opposition burundaise lui colle cet échec.

“Mkapa et son équipe ont essuyé un grand échec. Mkapa n’a organisé que de consultations interminables avant d’échouer à aboutir à un accord consensuel. C’est lamentable. L’on se souviendra de lui, d’une médiation qui n’a pas été à la hauteur. Mais aussi l’échec incombe aux présidents de l’EAC qui ne l’ont pas soutenu”, a réagi Charles Nditije, président de l’aile radicale de l’UPRONA de l’opposition, qui a participé dans ce dialogue qu’il qualifie de fiasco.

De son côté, l’ancien président Domitien Ndayizeye, n’est pas de cet avis.

“Mkapa a fait de son mieux. Il a en tout cas essayé, en vain. Comment pouvait-il réconcilier des tendances qui n’avaient pas la moindre volonté de résoudre leur problème. Non. L’échec est plutôt sur les épaules des protagonistes burundais qui ont mis des bâtons dans les roues de sa médiation. Soit c’est le gouvernement qui ne répondait pas à son invitation ou c’est l’opposition qui exigeait l’impossible”, a-t-il dit.

Domitien Ndayizeye, ancien président de la république du Burundi

Le président burundais Évariste Ndayishimiye, qui lui aussi participait dans ce dialogue à Arusha depuis 2015 pour le compte de son parti le CNDD-FDD, se dit consterné par la mort de Benjamin William Mkapa.

Sur son compte twitter, le président Ndayishimiye a réconforté sa famille biologique et politique ainsi que la Tanzanie. Selon lui, même l’Afrique perd un grand homme panafricaniste.

_____________________

Photo (archive): feu président Pierre Nkurunziza et feu Mkapa lors d’un tête à tête à Bujumbura