Sud-Kivu: l’armée congolaise affirme avoir chassé des groupes armés burundais et rwandais de leur campement


Hubert Bizimana, un homme d'affaires d'origine burundaise est tombé hier dans une embuscade dans la localité de Minembwe, dans la province du Sud-Kivu

Dans un communiqué de presse de ce dimanche, les FARDC( Forces Armées de la République Démocratique du Congo) ont affirmé avoir chassé des groupes armés burundais et rwandais de leur fief lors des opérations de « grande envergure » lancées en début du mois de septembre dernier dans la province du Sud-Kivu ( à l’est de la RDC). Des habitants et le groupe Red Tabara confirment que ce dernier et les FNL du général Aloys Nzabampema ont dû se replier. (SOS Médias Burundi)

Selon le communiqué, les opérations ont visé les groupes armés burundais Red Tabara et les FNL ainsi que le groupe rwandais CNRD( conseil national pour le renouveau et la démocratie).

Des groupes armés locaux étaient également concernés par les opérations, insiste le communiqué.

Les combats ont eu lieu sur les territoires d’Itombwe, de Fizi et dans les hauts plateaux d’Uvira.

« Les FARDC ont déjà reconquis les collines de Kitavugampegere et Finda dans le groupement de Kigoma ainsi que les localités de Namaramara, Nabombi et Nandjale dans le groupement de Basimukinje premier, dans le secteur d’Itombwe », précise le communiqué.

L’armée congolaise confirme avoir repris samedi dernier le quartier général des rebelles burundais des FNL dirigés par le général Aloys Nzabampema après trois jours de combats intenses.
Il était basé sur le village de Naombe, en territoire de Mwenga.
Dans la plaine de la Rusizi, sur les localités de Kahungwe, Kanga et Rugezi, les FARDC indiquent également y avoir chassé des « résidus » du CNRD et Maï-Maï Kijangala qui occupaient la zone.

L’armée congolaise qui regrette la perte de 3 de ses militaires et 4 blessés dit avoir « neutralisé 27 ennemis » et récupéré plusieurs armes et munitions.

Elle demande aux habitants des zones où se trouvent des positions des groupes armés de les dénoncer.

SOS Médias Burundi a cherché de joindre le général Nzabampema, en vain.

Toutefois, des habitants des zones où étaient installées ses postions nous ont certifié que les FNL ont fui leur base.

Un responsable du mouvement Red Tabara a confirmé que les FARDC sont arrivées jusqu’à ses postions à Kitavugampegere, mais que « Red Tabara a préféré se replier et ne pas engager de combats ».

Le Sud-Kivu est en proie à des combats entre des groupes armés étrangers et locaux et l’armée congolaise depuis plusieurs années.

Des incursions de l’armée burundaise pour traquer des mouvements armés burundais y sont aussi souvent rapportées.

Même si le président burundais Évariste Ndayishimiye n’a pas participé à une réunion des chefs d’État de la sous région organisée dernièrement et dont l’un des points à l’ordre du jour était l’éradication des groupes armés dans la partie orientale de la RDC, son pays et le Congo se sont convenus de combattre des mouvements armés qui perturbent la sécurité dans les deux pays et à leur frontière.
C’était à l’issue d’une visite de deux jours de la ministre de la diplomatie congolaise au Burundi.

_________________

Photo:vue aérienne des montagnes congolaises souvent bastion des groupes armés