Élections 2020 : Des conditions imposées aux observateurs étrangers


La Commission électorale nationale indépendante-CENI s’est dite ouverte à toute organisation nationale ou étrangère qui souhaite observer le processus électoral de 2020. Pour les étrangers, certaines conditions sont exigées.

«Nous allons poser des conditions aux observateurs internationaux. Qu’ils ne viennent pas nous imposer leur manière de faire ou violer notre culture. Si c’est le cas, qu’ils restent chez eux» a déclaré Anastase Hicuburundi, commissaire de la CENI.

Quant aux organisations locales, à côté de la présentation de leur statut, leur règlement d’ordre intérieur et la détermination de leurs zones d’intervention, elles devront aussi préciser la source de leur financement. Si leur financement est externe, il leur est demandé de révéler le nom de leur bailleur.
«C’est pour éviter tout financement illicite qui entacherait la crédibilité des élections » explique le président de la CENI, Pierre Claver Kazihise.

Cette déclaration a été faite ce 23 juillet lors d’une rencontre des représentants des organisations de la société civile et des confessions religieuses et la CENI. Elle a donné un délai de 10 jours (à partir du 23 juillet) pour se faire enregistrer en qualité d’observateur électoral. Pour les burundais vivants à l’étranger, les élections auront lieu dans 33 pays où se trouvent les ambassades et consulats burundais.