Les fonctionnaires de la Direction Provinciale de l’Enseignement contraints de se faire inscrire pour cotiser dans la coalition COSSESONA à Makamba


Les employés de la Direction Provinciale de l’Enseignement à Makamba dénoncent des intimidations du Directeur Provincial de l’Enseignement qui leur oblige de se faire inscrire dans la Coalition COSSESONA (Coalition Spéciale des Syndicats pour la Solidarité Nationale) avant ce mercredi.  (SOS Médias Burundi)

Il s’agit des conseillers à la direction provinciale de l’enseignement, de directeurs communaux et leurs conseillers, des directeurs des écoles fondamentales et post-fondamentales ainsi que des enseignants qui se disent harcelés par Sem Nimpaye , directeur provincial de l’enseignement dans la province de Makamba (sud du Burundi) pour adhérer de force dans la Coalition COSSESONA. 

Dans un enregistrement audio adressé aux directeurs communaux de l’enseignement, il a sommé tout  le  personnel enseignant et non enseignant de sa direction de participer dans une réunion qui sera tenue ce jeudi par Victor Ndabaniwe président de la COSSESONA. Pour lui, il est inconcevable que sa province soit classée dernière en ce qui concerne le nombre d’adhésions dans ladite coalition.

Il a mis en garde les  directeurs communaux que les enseignants ne pouvaient pas adhérer alors que les directeurs communaux eux-mêmes n’avaient pas encore signé sur les fiches d’adhésion. Il a  ordonné les directeurs communaux de l’enseignement de signer en premier lieu, leurs conseillers en deuxième lieu et les directeurs des écoles et que les listes lui parviennent ce mercredi avant l’arrivée des représentants de la COSSESONA à Makamba.

M.Nimpaye fait savoir qu’il ne s’agit plus  de sensibilisation mais d’un ordre. «Nous allons mesurer le rapport de force », a-t-il prévenu dans son message.  Selon lui, la Coalition n’est pas un fait de hasard car elle est reconnue par le gouvernement du Burundi.

Le personnel enseignant et non enseignant a protesté contre la retenue de 500 Fbu par la coalition COSSESONA sans leur consentement. Pour eux, il est même inconcevable qu’un chef de service dirige une coalition des enseignants comme comme Victor Ndabaniwe, cadre au ministère en charge de l’Éducation.   

S’exprimant sur le sujet en décembre 2019 dans une conférence publique, le chef de l’État a dit que l’adhésion et la contribution dans un syndicat est un acte volontaire. Dans son rapport,  la Commission Nationale Indépendante des Droits l’Homme a aussi reconnu que l’exigence des cotisations de la COSSESONA est contraire à l’exercice de la liberté syndicale.