Cankuzo : les familles des 3 hommes kidnappés désespèrent


Sept jours après l’enlèvement de trois personnes à Cankuzo (est du Burundi), il n’y a toujours aucune trace de vie les concernant. Leurs familles disent craindre le pire. (SOS Médias Burundi)

Le jour de l’enlèvement, l’un des hommes, Arcade Butoyi avait passé sa journée à faire des images d’un meeting du CNL. Un proche du trio s’est confié à SOS Médias Burundi. Il indique perdre espoir.

Nous les avons cherchés dans tous les cachots de la province, en vain. Même au cachot du Service National de Renseignements à Bujumbura. Il y a risque qu’ils aient été éliminés.

Proche

Environnement politique

Des sources locales Cankuzo affirment que l’un des disparus entretenait de mauvaises relations avec le gouverneur de la province et le député Anglebert Ngendabanka. Ce dernier est cité dans une affaire de harcèlement visant des opposants.
« Le parti au pouvoir aurait d’ailleurs tenté de le recruter, mais il a refusé », rapportent nos sources.

Enquête

La police burundaise a confirmé l’enlèvement. « La police et la justice sont en train de mener l’enquête pour retrouver les disparus et identifier le groupe de criminels derrière l’enlèvement », a déclaré le porte-parole de la police burundaise Pierre Nkurikiye. C’était mercredi dernier Radio Isanganiro.

Les identités des disparus :

  • Arcade Butoyi : la cinquantaine, père de 5 enfants. Activiste des droits humains, il dirige le Syndicat du Personnel de l’ Enseignement (STEB) à Cankuzo depuis plusieurs années. Il venait de gagner un procès contre l’Etat pour licenciement abusif, après 5 ans de chômage. Il est choriste à la paroisse de Muyaga. Il est aussi connu pour être le sonorisateur de grands événements culturels et politiques.
  • Alawi : habitant du centre-ville de Cankuzo, sans emploi. Il fait des petits boulots. Mardi dernier, il avait presté pour Arcade dans son travail de prises de vue lors du meeting du parti CNL. Il est remarié.

L’identité de la troisième personne n’est toujours pas connue.