Kiremba: plus de 110 opposants en détention, plusieurs autres en cavale


Tous sont originaires de la commune de Kiremba, en province de Ngozi (nord du Burundi). Ils militent pour le CNL, principal parti d’opposition. Ils disent avoir été victimes d’une « injustice notoire ». En plus, selon le représentant provincial du CNL, des pots de vin sont régulièrement exigés à des opposants dans des affaires qui les opposent à des membres du CNDD-FDD. (SOS Médias Burundi)

D’après des sources locales, les individus en détention ont été arbitrairement interpellés.
Ils ont été arrêtés pour la plupart pendant la période électorale.
Ils sont détenus à la prison centrale de province et au commissariat provincial de la police, d’après des proches des détenus.

« Dans notre commune, les opposants sont discriminés par des autorités administratives. Elles collaborent avec des agents des forces de l’ordre et des membres du CNDD-FDD. Des opposants sont appréhendés arbitrairement et emprisonnés. D’autres subissent toute forme d’injustice »,expliquent nos sources.

Dans certaines zones comme Kiremba, Musasa et Bugina, des membres du parti CNL se sont vus refuser même le droit de fréquenter des bistrots. « Cela se déroule sur toutes les collines des trois zones », disent des habitants.

Selon des responsables locaux de cette principale formation politique d’opposition, plusieurs de ses militants dont Benjamin Girukwishaka, secrétaire communal ont fui la localité, de peur de subir le même sort que leurs compagnons.

Jonas Nahimana, représentant provincial du CNL demande aux autorités de s’impliquer et faire cesser « des abus de masse commis contre des militants du CNL ».

L’administrateur de Kiremba s’est contenté de dire qu’il compte organiser des réunions de pacification. « C’est pour rappeler aux membres des différents partis politiques qu’ils doivent cohabiter pacifiquement », a indiqué Stanislas Niyonzima.

____________________
Photo: les membres du parti CNL lors d’un meeting politique