Muyinga: traque d’un réseau d’exportateurs illégaux


Un certain Ntezukoriba et Abdoul Muhinde ont été arrêtés lundi dernier par les agents du service national des renseignements au niveau de la frontière burundo-tanzanienne dans la commune de Giteranyi (province de Muyinga, nord-est du Burundi). Accusés de faire un commerce frauduleux en exportant illégalement des produits vers l’étranger, ils sont détenus dans les cachots de la police locale. D’autres commerçants et conjoints des responsables locaux impliqués dans cette pratique longtemps dénoncée seraient également visés par une enquête. (SOS Médias Burundi)

Les arrestations visent à traquer un réseau de fraudeurs qui exportent des marchandises en provenance du Burundi. Selon nos sources, la pratique illégale remonte à plusieurs mois.

« Les autorités ont donné l’ordre de rompre avec la fraude, surtout l’exportation des produits vivriers dont le haricot, en vain. Apparemment, la responsabilité dans la lutte contre cette pratique a été mise dans les mains du service national des renseignements », expliquent elles.

D’après des sources concordantes, des camions chargés en provenance du Burundi transitent par la frontière entre le Burundi et la Tanzanie sous l’œil complice de certains responsables administratifs et policiers.

« L’épouse du responsable local des renseignements a dernièrement fait objet d’interrogatoire dans le cadre des enquêtes. Mêmes d’autres administratifs et responsables policiers soupçonnés d’être complices sont visés par les enquêtes », ont révélé des sources proches de cette affaire.

Selon nos sources, les biens exportés transiteraient par la Tanzanie avant d’être acheminés vers le Rwanda avec lequel le Burundi entretient de très mauvaises relations depuis 2015, ce qui a conduit à la suspension des échanges commerciaux entre les deux pays, indique une autorité locale en colère.

Des habitants de la localité de Mwigomba où transitent les cargaisons de marchandises affirment que plusieurs autorités policières et administratives étaient au courant de la situation depuis longtemps.
Ils disent que « s’il faut démanteler le réseau, il faut commencer par les responsables policiers et administratifs ».

Des témoins révèlent que d’autres produits tels que des planches, les engrais chimiques et des morceaux d’arbustes dits Umuvyintira, plante prisée en voie de disparition dans les communes de Busoni et Bugabira en province de Kirundo (nord) font également objet d’exportation illégale en passant par le même corridor de Giteranyi et Butihinda.