Le Burundi exige à son voisin du nord d’extrader des « criminels » qui se sont repliés sur son sol


Le porte parole du ministère en charge de la sécurité l’a dit dans l’après midi de ce vendredi. Dans un point de presse tenue à Gitega( capitale politique), il a affirmé que des « bandits armés » qui ont attaqué une localité du nord du Burundi se sont repliés au Rwanda. Le ministère exige du Rwanda de les extrader pour qu’ils soient jugés au Burundi. (SOS Médias Burundi)

L’attaque que le porte parole du ministère a évoquée dans un point de presse a eu lieu le 25 septembre vers 18h 45.

Des « bandits armés » comme les appelle le porte parole du ministère en charge de la sécurité ont attaqué deux ménages de la colline de Tondero dans la commune de Kabarore ( province de Kayanza, nord du Burundi). Le bilan fait état d’un chef de ménage tué et des chèvres volées.

Selon Pierre Nkurikiye, les bandits se sont repliés au Rwanda d’où ils étaient par ailleurs venus.

Dans ce point de presse, M. Nkurikiye a demandé aux autorités rwandaises de les extrader.
« Le ministère demande au Rwanda de remettre au Burundi ces criminels qu’il a appréhendés directement sans passer par d’autres mécanismes », a martelé Pierre Nkurikiye avant d’ajouter que son pays a toujours remis au Rwanda des « criminels rwandais » arrêtés sur le sol burundais.

Depuis 2015, les deux pays s’accusent mutuellement d’abriter des « ennemis » qui veulent renverser les institutions étatiques des deux côtés.

Depuis l’entrée en fonction d’Évariste Ndayishimiye, il a accusé le Rwanda à plus de deux reprises de protéger des putschistes « qui ont échoué un renversement de pouvoir en 2015 ».

Quant à Paul Kagame, il a dernièrement dit être déçu par les nouvelles autorités burundaises qu’il croyait « plus ouvertes au dialogue ».

________________

Photo: la frontière entre le Burundi et le Rwanda