Nduta (Tanzanie) : la diarrhée s’est déclarée dans le camp


Depuis une semaine, les centres de santé du camp de réfugiés burundais de Nduta en Tanzanie enregistrent des cas des enfants qui souffrent de diarrhée. Des toilettes publiques qui ont débordé seraient à l’origine de cette maladie.
Les réfugiés demandent au HCR d’intervenir pour limiter les dégâts.
(SOS Médias Burundi)

Des déchets humains sont éparpillés partout dans le camp.

“Les toilettes publiques ont débordé et les déchets s’invitent dans les allées, dans des maisons, devant les bureaux ou devant les salles de classe et les centres de santé. Nous craignons des maladies des mains sales surtout pour nos enfants qui ne cessent de jouer dans ces déchets”, expliquent des réfugiés.

Un volontaire médical a indiqué que depuis le début de cette semaine, les centres de santé ne reçoivent que des enfants de moins de cinq ans qui, à plus de 90% souffrent de diarrhée.

Le NRC (Conseil Norvégien pour les Réfugiés) chargé d’hygiène et des constructions publiques semble ne pas s’inquiéter selon les réfugiés.

“Nous avons saisi cette ONG pour qu’elle construise d’autres toilettes publiques, en vain. Elle a expliqué qu’elle n’a plus le pouvoir de décider seule quand et où construire un nouveau bâtiment ou une nouvelle maison. Et donc, nous allons mourrir surtout nos enfants. Pour le moment, les gens n’ont pas peur de se soulager en plein air”, s’alarment des Burundais qui demandent au HCR d’intervenir.

Près de 70.000 Burundais vivent dans ce camp de Nduta en Tanzanie.