Burundi : la ligue Iteka accuse le CNDD-FDD de discrimination ethnique

Burundi : la ligue Iteka accuse le CNDD-FDD de discrimination ethnique

Dans un rapport sorti ce 10 février, la ligue des droits de l’homme Iteka, la plus ancienne du Burundi accuse le CNDD-FDD d’avoir violé les équilibres ethniques établis par la constitution et les accords d’Arusha. Le rapport met un accent particulier sur la discrimination dans la nomination des fonctionnaires qui occupent les postes clés dans différents secteurs de la vie du pays. (SOS Médias Burundi)

Le rapport détaille les résultats dans les domaines politique, sanitaire, judiciaire, sécuritaire et éducatif. « Sur 1309 cadres de l’État, 1227 proviennent du CNDD-FDD, 10 sont de l’Uprona au moment où un seul est membre du CNL. Dans les corps de défense et de sécurité, sur 58 cadres, seuls 7 sont de l’ethnie Tutsi », affirme le rapport.

Pour le secteur sanitaire, 88,6% de cadres sont Hutus, soit 596 sur un total de 673. En plus de l’appartenance ethnique, 99,9% sont militants du parti présidentiel, souligne le rapport.

Le constat est le même dans les domaines éducatif et judiciaire.
La ligue Iteka confirme respectivement que 91,8% de cadres sont Hutus contre 8,2% de Tutsis avec une estimation d’appartenance au CNDD-FDD de 96,3% et 76,8% de Hutus contre 22,7% de Tutsis.

L’enquête s’est aussi penchée sur les administrateurs communaux et chefs de province. « 15 sur 18 gouverneurs sont Hutus, et 80 sur 118 administrateurs sont de la même ethnie dont seulement 2 de l’Uprona ».

Enfin, c’est le même constat dans la police. Sur 18 commissaires provinciaux que compte le pays, 15 sont Hutus, et tous les représentants provinciaux du service national de renseignements sont aussi de la même ethnie Hutue.

La ligue Iteka craint que le pays risque de sombrer encore une fois dans des conflits ethniques. Elle rappelle que la même pratique a été utilisée dans le passé en 1993 avec la victoire du parti Sahwanya FRODEBU quand une purge systématique au sein des services publics avait eu lieu.

Elle demande au sénat d’utiliser les résultats du recensement ethnique mené dans les services publics pour faire respecter la constitution et les accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi.

Le Burundi a la même composition ethnique que son voisin le Rwanda qui a connu un génocide contre les Tutsis en 1994.
Au Burundi, les deux ethnies peinent à s’entendre sur la qualification des « massacres » qui ont emporté les leurs à des époques différentes.
Les Hutus au pouvoir actuellement veulent à tout prix que les massacres de 1972 qui ont emporté plus de Hutus que de Tutsis soient qualifiés de « génocide » au moment où les Tutsis souhaitent plutôt que la tragédie qui s’est abattue sur eux suite à l’assassinat du premier président Hutu démocratiquement élu Melchior Ndadaye en 1993 soit déclarée « génocide ».

_____________

Photo : des membres du CNDD-FDD dans une campagne électorale à Bujumbura

Previous Affaire Burambi : les autorités ne lâchent rien
Next Médias : le CNC accuse certains médias de ne pas vouloir coopérer pour leur réouverture

About author

You might also like

Société

Cibitoke : la police a arrêté un de ses agents et un Imbonerakure

La double arrestation a été faite ce mardi par la police au chef-lieu de la province de Cibitoke au Nord-ouest du Burundi. Les deux individus sont soupçonnés d’avoir commis un

Société

Muyinga : le SNR interpelle une femme sur fond d’affaire conjugale

Sandrine Muco, infirmière à l’hôpital de Muyinga est retenue à Bujumbura dans un service des renseignements burundais, a-t-on appris. La jeune femme a été arrêtée la semaine dernière quelques jours

Société

Covid-19 : porter un masque ou se faire arrêter à Rumonge

Le nombre exact des personnes interpellées n’est pas encore connu. Mais depuis ce matin, plusieurs arrestations ont été opérées en province de Rumonge (Sud-ouest du Burundi), selon des témoins. Il