Meheba (Zambie) : les réfugiés burundais et rwandais se regardent en chien de faïence

Meheba (Zambie) : les réfugiés burundais et rwandais se regardent en chien de faïence

Les relations entre réfugiés burundais et rwandais qui partagent le même camp à Meheba en Zambie ne sont pas au beau fixe. La méfiance est sur base ethnique. Ils s’accusent mutuellement d’avoir préparé des assassinats ciblés et des enlèvements dans le camp. Les autorités zambiennes essaient de les réconcilier, en vain. (SOS Médias Burundi)

Chaque camp se positionne derrière son appartenance ethnique dans ce conflit, selon nos sources. « C’est un conflit qui date de longtemps depuis l’arrivée en masse des réfugiés burundais en 2015. Les Rwandais qui sont ici depuis plus de 20 ans n’ont pas toléré l’arrivée des Burundais. Ces derniers sont considérés comme une menace imminente des Rwandais qui ont fui après le génocide perpétré contre les Tutsis dans leur pays en 1994. Ils disent que les Burundais sont des Tutsis qui finiront par collaborer avec le pouvoir de Kigali qui poursuit toujours des Hutus soupçonnés d’avoir participé au génocide », ont témoigné à SOS Médias Burundi des réfugiés congolais du même camp.

Selon des témoins, le conflit a tellement dégénéré que la plupart des Rwandais ayant des magasins refusent de vendre des articles aux Burundais. « Ils tiennent des magasins dans plusieurs coins. Quand un Burundais va acheter quelque chose, ils le lui refusent. Ils ne veulent pas de nous », regrettent des réfugiés burundais.

Et de poursuivre, « Par exemple, ils ne tolèrent pas nous voir sur le même terrain que le pays d’accueil a accordé aux réfugiés pour y cultiver. Ils préfèrent l’abandonner pour le simple fait que nous Burundais y sommes présents. Ils sont très insociables ».

Tentative de réconciliation échouée

D’après des responsables du camp, les autorités du pays hôte en collaboration avec le HCR ont tenté de réconcilier les deux communautés, en vain. “Nous essayons de tranquilliser les deux communautés surtout les Burundais qui se disent être menacés. Nous avons tenu plusieurs réunions de pacification sans succès. Pour le moment, c’est la police qui garde la limite des blocs habités par les Burundais et ceux des Rwandais”, a rassuré un responsable communautaire dans le camp.

Le camp de Meheba héberge plus de 27.000 réfugiés en provenance de la Somalie, de l’Angola, de la RDC, du Burundi et du Rwanda.

__________

Photo : camp de Meheba

Previous Ngozi : Six commerçants en détention
Next Kayanza : quinze opposants en détention depuis 11 mois

About author

You might also like

Réfugiés

Nduta (Tanzanie): les Tanzanien ne sont plus autorisés à se faire soigner dans le camp

Les autorités ont pris une décision empêchant aux occupants de sortir du camp et aux personnes vivant à l’extérieur d’y entrer. Des réfugiés burundais qui s’étaient vus refuser le droit

Réfugiés

Nakivale (Ouganda): des réfugiés burundais qui veulent rentrer disent être menacés

Depuis deux semaines, une centaine de réfugiés burundais ont exprimé un souhait de rentrer chez eux. Pour le moment, ils disent recevoir de menaces de mort et d’être persécutés pour

Réfugiés

Tanzanie Covid-19 : un accueil pour les malades du camp de Nduta

Médecins Sans Frontière, partenaire clé de la santé dans les camps de réfugiés burundais en Tanzanie a mis en place cette structure. Cette dernière comprend 150 lits capable d’accueillir des