RDC : le président décrète un État de siège au Nord-Kivu et en Ituri

RDC : le président décrète un État de siège au Nord-Kivu et en Ituri

Le président de la République Démocratique du Congo l’a déclaré lors du conseil des ministres de ce vendredi. Les provinces concernées sont devenues le théâtre d’attaques de groupes armés locaux et étrangers depuis quelques années faisant plusieurs milliers de victimes. Le porte parole du gouvernement affirme qu’une ordonnance détaillant les modalités de mise en application du décret présidentiel sera publiée. (SOS Médias Burundi)

Félix Tshisekedi a annoncé son plan lors du conseil de ministre avec son nouveau gouvernement. Il a expliqué avoir agi conformément à l’article 85 de la Constitution de son pays. La décision du chef de l’État congolais intervient après plusieurs massacres et assassinats pour la plupart des civils dans les provinces d’Ituri et du Nord-Kivu (est de la RDC).

Selon des organisations de la société civile locale, des milliers de personnes ont été tuées, plusieurs centaines de maisons et biens brûlées, d’innombrables biens pillés par des groupes armés locaux et étrangers. « Les pertes en vies humaines et les dégâts enregistrés sont innombrables. Nous n’avons cessé de crier et d’alerter, mais c’est comme si personne ne nous écoutait. Ça sonne bien que la plus haute hiérarchie décide, mais il faut bien définir les stratégies pour protéger la population », ont réagi certains responsables de la société civile locale.

D’après les proches du président congolais, « certaines autorités civiles des deux provinces seront remplacées par des militaires. Des activités de la société civile et mouvements citoyens seront restreintes, et les médias seront sous surveillance ». Edgar Mateso, vice-président des forces vives du Nord-Kivu demande au chef de l’État de faire attention sur le choix de militaires à envoyer pour diriger les deux provinces pendant cette période. Il affirme que même l’armée congolaise est infiltrée.

Des habitants ont confié à SOS Médias Burundi être prêts à contribuer pour que les massacres cessent dans cette région de la RDC.

Depuis 2014, la société civile du Nord-Kivu affirme avoir ressensé plus de 7500 civils tués au cours des attaques d’hommes armés appartenant aux groupes armés locaux et étrangers. Parmi eux, plus d’un millier ont été tués pour la seule période de décembre 2019 à aujourd’hui sur le territoire de Beni, selon la CRDH (convention pour le respect des droits humains)
à Beni.

__________

Photo : Félix Tshisekedi, Président de la République Démocratique du Congo

Previous Bwegera (RDC) : conditions de vie très difficiles pour des déplacés Banyamulenge
Next Rwanda : le camp de Mahama se vide de plus en plus

About author

You might also like

Securité

Beni (RDC) : une crise de confiance entre l’armée et la population s’installe

Depuis bientôt 6 ans l’armée congolaise s’affronte à des groupes rebelles dont des ADF (Forces Démocratiques Alliées) dans la ville de Beni (Nord-Kivu). Des habitants sont tués, d’autres fuient des

Securité

Plusieurs personnes arrêtées lors d’une fouille à Nyakabiga

L’opération a été conjointement menée par la police et l’armée. Elle a visé quelques rues des quartiers Nyakabiga 1 et 2 en zone de Nyakabiga (centre de la ville de

Securité

Mpanda (Bubanza) : des Imbonerakure malmènent un député CNL

Les faits se sont déroulés samedi dernier sur la colline de Rubira. Une dizaine d’Imbonerakure s’en est pris au véhicule du député Alexis Manirakiza, élu de l’opposition de la circonscription