Meheba (Zambie) : près de 300 demandeurs d’asile n’ont pas de quoi mettre sous la dent

Meheba (Zambie) : près de 300 demandeurs d’asile n’ont pas de quoi mettre sous la dent

Des demandeurs d’asile qui sont accueillis au centre de transit au camp de Meheba en Zambie disent qu’ils viennent de passer plus de deux semaines sans rien manger. Normalement, ils sont nourris par le HCR mais cette agence onusienne aurait manqué de financement et a momentanément cessé de leur donner de la nourriture. (SOS Médias Burundi)

Tout a commencé mi-avril quand les services du HCR ont arrêté de faire la cuisine pour des demandeurs d’asile qui se comptent entre 250 et 300. Ils sont logés au centre de transit dénommé Bloc D situé au camp de Meheba, en Zambie. Alors qu’ils étaient habitués à ne manger qu’une fois par jour, certains d’entre eux espéraient que la situation n’allait pas perdurer.

“Bon, on était habitué à la faim, mais quand même on recevait une certaine quantité quoique insuffisante comme repas de la mi-journée. Du coup , le HCR a suspendu son programme de préparer la nourriture pour nous. On a demandé au HCR qui nous a répondu d’attendre. Mais voilà que l’attente est longue, cela fait tout un mois que nous vivons cette situation”, disent-ils.

Conséquences Les femmes enceintes, les enfants de moins de cinq ans et les personnes âgées en sont les premières victimes. »On se croirait dans un hôpital. Tous sont faibles et tombent malades », selon des réfugiés qui lancent un cri d’alarme.

Le centre de transit accueille normalement des demandeurs d’asile qui ne devraient pas y passer plus de trois mois. Mais selon nos informations, certains parmi eux y séjournent même pendant plus d’une année sans avoir de statut de réfugié.Ils demandent que le processus d’analyse de dossiers soit accéléré pour qu’ils accèdent à une assistance du HCR et à des terrains cultivables , comme les réfugiés officiellement enregistrés.

Cependant, même pour les personnes qui ont le statut de réfugié, elles se plaignent qu’elles viennent de passer une longue période sans assistance du HCR. “Est-ce que le HCR aurait cessé d’assister les réfugiés en Zambie ? Ou bien, l’ONU ne veut plus de réfugiés? Nous sommes dans les mains du HCR, que nous mourrions ou pas, l’ONU en sera responsable”, s’interrogent des réfugiés.

Le camp de Meheba est situé dans une petite forêt au nord-ouest de la Zambie. Il héberge plus de 27 mille réfugiés dont plus de 2 mille Burundais.

__________

Photo : vue partielle du camp des réfugiés de Meheba

Previous Burundi : des opposants présumés ont été tués, détenus et torturés (Rapport)
Next Dzaleka (Malawi) : des soupçons de recrutement de jeunes pour le compte des groupes armés