212 personnes tuées dans le premier semestre de 2019 (Ligue Iteka)


Iteka droits homme burundi

La ligue Iteka donne un bilan accablant des violations des droits de l’homme au cours du premier semestre de 2019. Dans un rapport rendu public ce mardi, l’organisation fait état de 212 cas de personnes tuées dont 104 cadavres retrouvés. (SOS Médias Burundi)

Cette organisation a recensé en outre 29 cas de personnes portées-disparues, 164 cas de personnes torturées, 468 cas de personnes arrêtées arbitrairement et 32 victimes de violences basées sur le genre. Au cours de cette période, la ligue Iteka fait savoir dans son rapport que les auteurs de crimes ont adopté une nouvelle stratégie de faire disparaitre les opposants politiques pour échapper aux enquêtes.

La ligue Iteka affirme avoir enregistré 212 cas de personnes tuées dont 156 victimes tuées par des personnes non identifiées. La ligue Iteka dénonce que la plupart de ces victimes ont été enterrées sur ordre des autorités administratives et sans enquêtes.

Cette organisation déclare qu’elle est préoccupée par le nombre inquiétant de femmes et mineurs victimes des viols. Elle précise qu’au moins 34 femmes et 16 mineurs ont été tués, 8 femmes et 4 mineurs torturés ainsi qu’une douzaine de femmes et 25 mineurs ayant été arrêtés. Le même rapport de la ligue Iteka sorti ce mardi dénonce l’intolérance politique visant surtout le parti CNL et ses militants ainsi que le verrouillage de la liberté d’expression et de la presse par la fermeture des radios internationales VOA et BBC ainsi que la suspension provisoire de l’ONG PARCEM.