La CNIDH ne s’inquiète pas d’avoir été reléguée au statut B

La CNIDH ne s’inquiète pas d’avoir été reléguée au statut B

La Commission nationale indépendante des droits de l’homme a organisé une séance de formation à l’endroit de ses commissaires. Le président de la CNIDH fait savoir que sa commission veut se préparer en vue de faire face aux éventuelles violations qui peuvent surgir dans cette période pré-électorale. (SOS Médias Burundi)

La formation des commissaires de la CNIDH a été menée sur appui du centre des droits de l’homme et de la démocratie en Afrique.

Le représentant de ce centre a salué les actions de la CNIDH dans la promotion des droits humains au Burundi. Il a toutefois souhaité que la commission puisse recouvrer son statut A qu’elle a perdu depuis 2017.

Le président de la CNIDH fait savoir qu’il est peu intéressé par les statuts. «Je m’occupe plus de la défense des droits humains. Si la population est satisfaite, ceux qui accordent les statuts pourront même nous donner un statut supérieur au statut A si jamais il existe. Je l’ai toujours dit que notre commission ne travaille pas pour gagner des places », a précisé Sixte Vigny Nimuraba.

De part l’expérience, ce défenseur des droits humains dit que des cas de violations des droits humains deviennent grandissants pendant la période pré-électorale.

Il fait savoir que sa commission est prête à faire face à toutes les violations et d’ailleurs à les prévenir.

La CNIDH a été mise en place en 2011. Sa mission est de défendre et de promouvoir les droits de l’homme.

En 2012, elle avait été jugée suffisamment indépendante pour bien mener son travail comme d’autres institutions similaires selon le principe de Paris, et avait par conséquent été placée au Statut A. En 2017, elle a été rétrogradée au statut B parce que jugée moins indépendante et travaillant sur des injonctions de certains officiels burundais.

Previous Rumonge : Le représentant du parti CNL en zone de Minago sous les verrous
Next 130 congolais expulsés du Burundi en deux mois