La nouvelle loi de la BRB portant sur  la réglementation des bureaux de changes fait sa première victime

La nouvelle loi de la BRB portant sur la réglementation des bureaux de changes fait sa première victime

Un changeur de monnaie connu dans la ville de Bujumbura du nom de  Jackson Simbananiye alias Kirahwata  a été arrêté ce mercredi  dans la capitale économique du Burundi par la police burundaise. Il est accusé de ne pas s’être conformé à la nouvelle loi de la Banque de la république du Burundi portant la réglementation du taux de  change. Les propriétaires des bureaux de change dénoncent  une injustice et menacent de faire une grève. (SOS Médias  Burundi)

La police annonce que Jackson Simbananiye, connu sous le sobriquet de Kirahwata a été arrêté suite à une violation flagrante de la réglementation des changes.

Elle l’accuse d’avoir pratiqué un taux de 3100 Fbu par dollar américain alors que le taux de la Banque de la République du Burundi (BRB) s’élève à 1847,6 Fbu. Au cours de l’opération, la police affirme notamment que 101.886.500 Fbu, 54,571 USD ont été saisis et versés sur le compte de la BRB.

La nouvelle loi stipule que les changeurs doivent obligatoirement se référer  au taux  de change du jour fixé par la banque centrale et doivent utiliser l’application conçue par cette dernière. Une mesure mal accueillie  par les bureaux de change qui réclament un dialogue avant l’application de cette loi.

« Il y a une pénurie énorme des devises dans le pays, les changeurs s’approvisionnent au marché noir car les banques ne disposent pas de  devises suffisantes. C’est  pourquoi le taux fixé par la banque centrale est inapplicable par les bureaux de change. Le  gouvernement et la banque centrale devraient s’attaquer aux vrais problèmes de la pénurie des devises au lieu d’adopter des lois liberticides qui resteront comme un cheval de Troie,» nous a indiqué Ibrahim un propriétaire d’un bureau de change.

« Un Burundi moderne est un Burundi qui résout les problèmes par le dialogue et non par l’affrontement. Emprisonner les changeurs n’est pas une bonne solution à la pénurie des devises. On devrait s’attaquer au nœud du problème. Les changeurs sont des boucs émissaires de cette situation qui échappe au  gouvernement et si ça continue ainsi on va fermer tous les bureaux de change. Nous céderons la place aux spéculateurs qui échangent les devises dans les rues dans la clandestinité et je crois que la situation va s’empirer, »s’indigne Melchiade un autre changeur.

La Banque Centrale du Burundi reste inflexible.

« Il n y’a pas de compromis sur cette nouvelle loi portant réglementation des changes au Burundi, celui qui ne va pas l’appliquer s’expose à des lourdes sanctions,» fait savoir Jean Ciza gouverneur de la banque centrale

M. Simbananiye a été arrêté avec son fils et deux employés.

Previous Des combats à l’est de la RDC inquiètent les bergers burundais
Next Rugombo (Cibitoke) : De plus en plus de personnes atteintes par le choléra