Des habitants des zones frontalières avec le Rwanda contraints de faire des rondes nocturnes à Cibitoke.


Les concernés habitent les collines de Ruhororo et Gasebeyi. C’est en commune de Mabayi. L’administration communale explique que la mesure a été prise pour sauvegarder la paix et la sécurité. (SOS Médias Burundi)

Des sources locales indiquent que tous les hommes et les jeunes garçons de plus 16 ans sont appelés à accompagner les militaires pendant les patrouilles sur les collines de Ruhororo et Gasebeyi en zone de  Ruhororo de la  commune de Mabayi (province de Cibitoke, nord-ouest du pays). Ces localités sont frontières avec le Rwanda.

Un des habitants de Ruhororo précise que les rondes ont commencé après l’attaque perpétrée dans la nuit du 16 au 17 novembre. «Des militaires et des jeunes Imbonerakure armés y sont présents en permanence. Celui qui ne participe pas dans les rondes nocturnes est considéré comme ennemi du pays », raconte-t-il.

Selon un élu collinaire, les autorités provinciales ont donné l’ordre de faire payer des amendes aux récalcitrants.

Pour y échapper, des chefs de ménages ont déménagé vers les centres de Mabayi et Cibitoke.

L’administrateur de Mabayi dit que ces rondes nocturnes visent à sauvegarder la paix et la sécurité. « C’est pour prévenir contre une éventuelle incursion des ennemis en provenance du Rwanda », précise Pascal Basarugwuzuye.