Journalistes Iwacu : Reporters sans Frontières (RSF) lance une pétition


« Quatre journalistes risquent la prison à vie. Plus que quelques jours pour obtenir l’acquittement », alerte l’ONG française. Cette dernière vient de lancer une pétition. Le but étant de mettre la pression sur les autorités burundaises. Nos consœurs et confrères sont accusés de “complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat”. 

Le 30 décembre, le parquet a requis 15 ans de prison contre Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi, Egide Harerimana, journalistes pour Iwacu, un des rares médias indépendants présents au Burundi, rappelle RSF sur son site.

Ce réquisitoire est l’un des plus sévères jamais prononcés contre des journalistes de la région ces dernières années !  

Reporters Sans Frontières

L’équipe de reporters a été arrêtée le 22 octobre 2019. Elle était entrain de couvrir l’attaque surprise d’un groupe de rebelles burundais basé dans l’est de la RDC. Une frange opposée au régime du président Pierre Nkurunziza. 

« Ces journalistes n’ont fait que leur travail en allant vérifier sur place des informations qui faisaient état d’affrontements armés », plaident les responsables de l’organisation.

RSF dispose de seulement quelques jours pour faire pression sur les autorités burundaises. L’ONG compte bien obtenir l’acquittement des reporters. Le jugement du tribunal a été mis en délibéré pour un mois. 

SOS Médias Burundi s’associe à l’initiative de RSF. Il s’agit en effet de « sauver les rares voix indépendantes du Burundi » en signant de toute urgence cette pétition en ligne  ici