Des passagers et conducteurs de véhicules se plaignent de l’état des routes

Des passagers et conducteurs de véhicules se plaignent de l’état des routes

Plusieurs routes principales de la capitale économique Bujumbura ainsi que les axes desservant certains quartiers deviennent de plus en plus impraticables. Les fortes pluies de ces derniers jours empirent la situation. (SOS Médias Burundi)

Le boulevard du peuple Murundi est sérieusement endommagé. Des nids de poule sont nombreux. L’avenue Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana qui va du rond-point des Narions Unies vers les  quartiers de Mutakura et de Kinama devient de plus en plus impraticable. Le reporter de SOS Médias Burundi a constaté que les services de la mairie de Bujumbura étaient en train de boucher les trous avec du sable dans le quartier de Cibitoke en commune de Ntahangwa (Nord de la ville de Bujumbura).

Des habitants du quartier Cibitoke disent que le bouchage des trous avec du sable n’est pas une solution durable.

La route reliant le centre-ville et la zone de Kanyosha (Sud de Bujumbura) est aussi endommagée sur une grande partie surtout à partir du petit séminaire de Kanyosha jusqu’au quartier de Ruziba. «Le tronçon n’a plus de goudron, les caniveaux sont bouchés à cause des eaux de pluies qui ont inondé la route ».

Les routes nationales reliant Bujumbura aux autres provinces de l’intérieur du pays ne sont pas épargnées. La route nationale 3 (RN3) reliant Bujumbura et la province de Rumonge (Sud-Ouest du Burundi) est presque totalement abîmée.

Des passagers qui empruntent cette route réclament sa réhabilitation depuis des années.

La route nationale 7 (RN7) reliant Bujumbura et Ijenda en province de Bujumbura (commune de Mugongo-Manga, province de Bujumbura) risque de s’écrouler aussi. Des véhicules passent difficilement sur cette partie de la RN7.

La route nationale numéro un (RN1) reliant Bujumbura et Kayanza (au Nord du Burundi) est aussi en très mauvais état à plusieurs endroits, selon des passagers et conducteurs de bus de transport.

La population demande au gouvernement d’intervenir à temps avant que la situation ne s’empire.

Previous La reprise des relations entre le Burundi et l'Australie suscite des controverses
Next Des réfugiés burundais déplorent les mauvaises conditions de vie à Kavimvira