Des opposants victimes des attaques nocturnes des Imbonerakure à Kirundo

Des opposants victimes des attaques nocturnes des Imbonerakure à Kirundo

Plusieurs ménages des membres du parti Congrès National pour la Liberté (CNL) ont été attaqués la nuit de ce dimanche dans la commune de Gitobe en province de Kirundo (nord du Burundi). Des maisons ont été détruites et des membres de la principale formation d’opposition politique contraints de fuir pendant la nuit. Certains ont même été blessés. (SOS Médias Burundi)

Trois membres du parti CNL ont été blessés la nuit de ce dimanche sur la colline de Marembo dans la zone Baziro en commune de Gitobe de la province de Kirundo. Des Imbonerakure venus de plusieurs collines se sont réunis sur celle de Marembo avant de détruire systématiquement des maisons des membres du parti CNL, selon des sources locales. Les maisons qui ont été ciblées appartiennent à trois hommes : Pascal Nkerakuyisaba, Claver Murindangabo et Soltan Kwizerimana. « A l’aide des armes blanches, des Imbonerakure ont surtout détruit vers 20h les fenêtres et les portes de ces masions. Les victimes et les voisins ont crié fort pour appeler au secours, et les Imbonerakure ont pris fuite en se dirigeant vers la colline voisine de Kivumu où ils ont aussi attaqué le ménage d’un certain Éric Nsengiyumva, aussi membre du CNL », racontent des témoins.

Des responsables locaux du CNL disent que certains membres de leur parti ont passé la nuit dans les brousses de peur d’être tués par des Imbonerakure. « Ils avaient des gourdins. Ils ont semé la panique en criant pour se rassembler ».

Parodie de justice

Ce matin, des Imbonerakure ont encerclé des ménages des membres du CNL sur la colline de Kavumu. « Des Imbonerakure accusaient les membres du CNL de les avoir blessés pendant la nuit. Par contre en détruisant leurs maisons, des Imbonerakure ont été blessés par des vitres cassées », raconte une autre source.

Quatre membres du CNL à savoir Jean Bosco Nahimana, Nestor Nyabenda, Sébastien Ncandikwa et Fabrice Ngurube ont alors été interpellé et détenus au cachot de la zone de Kivumu.

Un des responsables du CNL dans la commune de Gitobe indique que ceux qui ont été attaqués sont en général les membres nouvellement recrutés. « Ils ont adhéré à notre parti en provenance des autres partis politiques. Les leaders du parti CNDD-FDD ne veulent pas que les gens adhèrent dans notre parti ».

Il dénonce une justice de deux poids deux mesures. Pour lui, les enquêtes devraient commencer par ceux qui ont attaqué des citoyens paisibles pendant la nuit.

Previous Nduta : un réfugié burundais surpris avec un drapeau du CNDD-FDD
Next Le parquet s'est opposé à la libération de neuf personnes à Bururi