Burundi-Élections: la CENI se défend


La Commission Électorale Nationale Indépendante a organisé hier une réunion consultative avec certains groupes d’observateurs électoraux formés en grande partie par les locaux proches du pouvoir. Pierre Claver Kazihise qui dirige cette commission a dressé un bilan largement positif du processus électoral. Il a tranquillisé et s’est défendu de toutes les reproches contre sa commission. (SOS Médias Burundi)

M. Kazihise a d’abord rassuré sur l’observation du processus électoral. « Contrairement aux mauvaises langues, le nombre d’observateurs est suffisant y compris même les observateurs internationaux. Ils sont 53 observateurs étrangers ayant des accréditations de la CENI. Ils sont de 9 organisations diplomatiques. Il s’agit de : la Chine, la Russie, l’Union africaine, le Kenya, la RDC, l’Afrique du Sud, le Nigéria, la Tanzanie et l’Égypte. Tous sont des résidents et des travailleurs des ambassades accrédités à Bujumbura », a-t-il indiqué.

Pour ce qui est de l’observation, il a mis une évidence qu’il est strictement interdit d’utiliser des téléphones. « Il est strictement interdit aux observateurs locaux et étrangers d’utiliser les téléphones mobiles et de prendre des photos à l’intérieur des bureaux de vote le jour du scrutin« , a conclu le président de la commission sur un ton impérieux.

_____________________

Photo: un homme dans un bureau de vote