La Tanzanie et le HCR enquêtent sur la disparition de réfugiés burundais dans ce pays


Une délégation de la commission tanzanienne des droits de l’homme et des agents du HCR se trouve au camp des réfugiés burundais de Mtendeli. Elle enquête sur des cas de violation de droits humains dans le camp.
L’importance est accentuée sur un cas de huits Burundais qui se sont retrouvés dans des prisons au Burundi après être enlevés dans deux camps en Tanzanie.
(SOS Médias Burundi)

D’après nos sources, cette enquête est à sa deuxième semaine. Elle a été lancée au début de ce mois d’octobre au camp de réfugiés de Mtendeli. L’équipe est composée des agents du HCR et des officiels de la commission tanzanienne des droits de l’homme.

Selon des sources proches de l’enquête, elle s’intéresse beaucoup au dossier en rapport avec huit réfugiés burundais qui ont été kidnappés en juillet cette année avant de se retrouver dans des prisons du pays qu’ils ont fui. D’après leurs proches, les individus concernés sont pour le moment locataires des prisons de Muramvya ( centre du Burundi) et Bubanza ( ouest).

“Les enquêteurs ont déjà rencontré les familles des personnes qui ont été enlevées. Un parent, un frère ou une soeur ou encore un voisin de nos compatriotes a été accueilli par cette équipe, dans la discrétion totale. Ils ont fourni leur témoignage. Les interviewés ont été rassurés quant à leur sécurité et à la confidentialité des informations fournies”, racontent des Burundais qui ont assisté aux séances.

Pour s’assurer que ces réfugiés sont réellement détenus au Burundi, l’équipe a dû les appeler au téléphone.

“Quand nous étions dans leur bureau, nous avons appelé deux de nos frères. Nous nous sommes entretenus pendant plus de 15 minutes. Ils ont dit qu’ils se portent bien mais qu’ils ne savent pas comment ils ont été transportés jusque là-bas ni par qui”, ajoutent-ils.

Selon une source proche de l’équipe, elle cherche à savoir “dans quelles circonstances ces réfugiés ont été enlevés, pourquoi ils ont été acheminés vers le pays d’origine sans leur moindre consentement, le mobile et les auteurs”. Après, elle doit sortir un rapport complet qui évoquera aussi d’autres cas de violations de droits humains commis dans les camps en Tanzanie, indique notre source.

Signes d’espoir

“C’est un ouf de soulagement pour nous. Il est vrai que nous n’allons pas retrouver tous les nôtres qui sont déjà portés disparus, mais tout de même notre calvaire est en fin connu par plusieurs organisations internationales. La commission nationale des droits de l’homme est alertée, mais aussi et surtout la Tanzanie et le HCR qui doivent garantir notre sécurité sont mis devant un fait accompli”, disent des Burundais qui se réjouissent de cette enquête.

Pour rappel, début septembre dernier, les familles de huit réfugiés burundais kidnappés aux camps de Mtendeli et Nduta en Tanzanie, ont appris que les leurs sont détenus dans les prisons de Muramvya et de Bubanza.

Révocatus Ndayishimiye, Saidi Rwasa, Félix Cimpaye et Radjabu Ndizeye sont dans la prison de Muramvya. À Bubanza, les personnes qui y sont détenues sont Anaclet Nkunzimana, Emmanuel Kazigama et deux autres individus qui ont été enlevés dans le camp de Nduta.

Les proches de ces anciens réfugiés disent craindre pour leur sécurité.

“Depuis quand un réfugié est remis à son pays d’origine par un autre organe que le HCR qui prend en charge ces réfugiés? C’est dire que tous ceux qui sont disparus depuis 2015 dans nos camps ont été soit tués ou emprisonnés au Burundi. Nous nous inquiétons du sort des nôtres. Cette complicité du Burundi et de la Tanzanie pour violer nos droits devrait été interprétée juridiquement devant des instances internationales”, se lamentent des réfugiés à Mtendeli.

Ils demandent aux membres de la délégation de s’impliquer pour que les réfugiés  » renvoyés au Burundi en violation de la loi soient protégés ».
Des organisations de droits humains et défenseurs de droits de réfugiés ont confirmé à SOS Médias Burundi suivre de près aussi la situation.

__________________

Photo: le camp des réfugiés burundais de Nduta