Burundi-ONU : une marche manifestation pour remercier l’ONU

Burundi-ONU : une marche manifestation pour remercier l’ONU

Plusieurs milliers d’habitants ont manifesté hier dans les rues des capitales économique et politique (Bujumbura et Gitega) du Burundi ainsi que dans la ville de Ngozi (nord). La marche a officiellement été organisée par des organisations de la société civile proche du pouvoir. Des conducteurs de taxis motos,vélos et tricycles communément appelés Tuk-Tuk disent avoir été contraints de manifester. Les initiateurs ont en grande partie remercié le Conseil de sécurité de l’ONU qui a dernièrement retiré le petit État de l’Afrique de l’Est de son agenda politique. (SOS Médias Burundi)

À Bujumbura, le rassemblement a eu lieu sur le boulevard du 28 novembre, devant les locaux du campus universitaire de Mutanga dans la commune urbaine de Mukaza.
Banderoles à la main, les manifestants se sont dirigés vers la place de l’indépendance en passant par le boulevard de l’Uprona, celui de L’Indépendance et la chaussée Prince Louis Rwagasore.

Des formations politiques telles que le CNDD-FDD, l’Uprona proche du pouvoir, le FNL, l’APDR, l’ADR, le FRODEBU Nyakuri et les organisations de la société civile avaient répondu à la manifestation. La même situation prévalait dans la capitale politique Gitega et dans la ville de Ngozi.

Après une prière de Jean Paul Manirakiza qui se présente comme apôtre qui a remercié Dieu « pour avoir entendu la prière des Burundais », tout en implorant le Seigneur « d’aider les Burundais à être plus unis », ont pris la parole Pascal Aimé Nduwimana et Hamza Venant Burikukiye, figures de la société civile proche du pouvoir de Gitega.
Le premier a exprimé ses remerciement à la plus grande organisation mondiale pour sa décision de retirer le Burundi de son agenda au moment où le second est revenu sur une décision de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) qui a dernièrement levé ses sanctions contre le Burundi.

Retrait-du-Burundi-sur-lagenda-de-lONU-plusieurs-milliers-dhabitants-ont-manifeste-dans-les-rues-de-Bujumbura-le-12-decembre-2020
Retrait du Burundi sur l’agenda de l’ONU : plusieurs milliers d’habitants ont manifesté dans les rues de Bujumbura. Le 12 décembre 2020

«Alors qu’avant c’était pour nous insurger contre différentes décisions, aujourd’hui nous venons dire merci», a déclaré Aimé Pascal Nduwiana, président du Ministère africain de compassion qui était maître des cérémonies.

Une participation forcée

Comme d’habitude, plusieurs conducteurs de taxis vélos, motos et tricycles communément appelés Tuk-Tuk avaient répondu à l’événement. Toutefois, ceux qui se sont confiés à nos reporters ont exprimé un mécontentement.

« Pourriez-vous imaginer le carburant que j’ai consommé depuis le matin, sans parler du versement que je dois donner à mon patron. On nous a forcé à venir ici faute de quoi on s’exposerait aux dures sanctions », s’est lamenté un conducteur d’un tricycle montrant un jeton qu’il faudra présenter comme preuve de participation à la manifestation sur son parking de Kamenge au nord de la ville. Les activités qui avaient été paralysées en ville ont timidement repris dans l’après-midi après les cérémonies qui ont pris fin à 12 heures.

À Bujumbura comme à Gitega et Ngozi, tous les commerces ont fermé, les routes bloquées durant le temps qu’a duré la manifestation.

La marche a coïncidé avec la commémoration des cinq ans des massacres de jeunes gens dans la ville de Bujumbura à la suite des attaques contre des installations militaires.
L’activiste Pacifique Nininahazwe a rappelé sur Twitter que « le 12 décembre 2015, ils ont ramassé des cadavres dans les rues de Bujumbura, puis ils ont fait une marché de victoire. Le 12 décembre 2017, ils ont festoyé à Bugendana( Gitega, centre du Burundi) et lancé le référendum pour leur constitution, le 12 décembre 2020, nouvelle marche de célébration ».

Previous Nakivale (Ouganda) : un rapatriement de plus de 220 réfugiés burundais pour bientôt
Next Kirundo : les propos « divisionnistes » d’un député inquiètent des rapatriés

About author

You might also like

Politique

Muyinga : La mouvance réclame la présidence de la CEPI

Neuf membres de la Commission Electorale Provinciale Indépendante CEPI ont été officiellement présentés au public à Muyinga ce vendredi dans les locaux du lycée communal de Muyinga. La présidente provient

Politique

La Première dame du Burundi se dit guérie

Denise Bucumi Nkurunziza s’exprime dans un enregistrement audio d’une minute 20 secondes destiné aux fidèles de l’église du Rocher qu’elle a fondée. (SOS Médias Burundi) En langue nationale (kirundi) et

Politique

Muyinga : de plus en plus d’arrestations et de pression visant les opposants

Muyinga (nord-est du Burundi). À moins de deux mois des élections générales, l’opposition se dit persécutée. Les arrestations sont nombreuses dans leurs rangs. Les opposants pointent du doigt des administratifs,