Bujumbura : un Imbonerakure confirme les soupçons de tortures pratiquées par les renseignements

Bujumbura : un Imbonerakure confirme les soupçons de tortures pratiquées par les renseignements

Il s’agit de Kenny Claude Nduwimana. Ce jeune militant du CNDD-FDD connu pour ses propos haineux a été libéré lundi dernier après plus d’un mois de détention au quartier général du service national de renseignements (SNR) à Bujumbura (capitale économique). À la grande surprise, il affirme avoir été empoisonné durant les 35 jours qu’il a passé au cachot. (SOS Médias Burundi)

Le message dans lequel il l’explique circule sur les réseaux sociaux depuis dimanche dernier.

Il a affirmé dans un groupe Whatsap des membres du CNDD-FDD dénommé « Bagumyabanga (nom attribué aux militants du parti au pouvoir) News » que le responsable du renseignement intérieur Innocent Museremu qui est d’ailleurs membre du groupe lui a refusé tout contact avec l’extérieur, y compris des proches qui pouvaient lui ramener de la nourriture.

Il explique que le plan derrière cela était de lui donner dans les aliments une dose suffisante de poison. « Je l’ai même dit à Museremu à ma sortie que j’étais malade. Les tests médicaux n’ont rien donné. Mais quand je suis allé consulter un tradipraticien qui m’a donné une cure contre le poison, j’ai une diarrhée incessante », écrit celui qui qualifie les Tutsis de « buveurs de sang qui doivent être expulsés du Burundi » dans ses multiples enregistrements audio.

Et de prévenir: « Monsieur Museremu, si je meurs saches bien que mon sang va retomber sur ta tête ». Kenny Claude Nduwimana semble être écœuré et surpris. « Je ne savais pas que les nôtres fonctionnent comme ça », s’exclame-t-il.

Depuis 2015, des opposants politiques ont dénoncé des actes de torture leur infligés par des agents des renseignements burundais dont l’empoisonnement, les injections des substances dans des organes génitaux, tortures par des fils électriques dénudés…

Les autorités burundaises ont toujours nié les faits qualifiant les témoins de « collaborateurs d’ennemis du pays qui veulent un changement de régime ».

_____________

Photo : Kenny Claude Nduwimana /DR

Previous Bujumbura : un membre du CNL aperçu à Mpimba, sa famille ne l'avait plus revu depuis son arrestation
Next Bujumbura : des Imbonerakure ont tabassé quatre militants du CNL à Kiyenzi

About author

You might also like

Droit de l'Homme

Affaire Burambi : mort d’un détenu, dans un commissariat de la police, ce que nous savons

Égide Sindayigaya est mort ce lundi au commissariat de Rumonge (Sud-ouest du Burundi) des suites des actes de torture subis, selon nos sources. Officiellement, il a été transféré à ce

Droit de l'Homme

La mort du président Nkurunziza n’arrête pas les enquêtes de la CPI et de l’ONU

La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi espère une nette amélioration des droits de l’homme dans le pays. Toutefois, elle demande aux nouvelles institutions de veiller à ce

Droit de l'Homme

Burundi: Amnesty International encourage le gouvernement à se ressaisir pour améliorer la situation des droits humains

Après investiture du président et la formation du nouveau gouvernement, Amnesty International dresse un bilan sombre du troisième mandat controversé de feu Pierre Nkurunziza ( 2015 à 2020) pour ce