Kirundo : plusieurs prisons secrètes à la frontière burundo-rwandaise tenues par des imbonerakure (témoignages)


Rue commerçante de Kirundo

EXCLUSIF – Les lieux de détention sont situés dans les communes de Bugabira et Ntega (province de Kirundo, Nord du pays), d’après différentes sources. (SOS Médias Burundi)

Les familles des détenus sont contraintes de verser une rançon, entre 100 à 200 000 FBU, selon des témoignages auprès de SOS Médias TémoignagesBurundi.

TémoignagesTémoignagesLes lieux de détention sont au nombre de dix : Carubambo, Kinyovu et Rutagara dans la zone de Mugendo, Kigari, Nyemera, Kigaga et Mugina dans la zone de Ntega (commune de Ntega). De même que dans la commune de Bugabira, pour les localités de Rugasa, Kiri et Kiyonza. Tous sont tenus par des imbonerakure (jeunes affiliés au parti CNDD-FDD), précise-t-on sur place.

Ils sont torturés, battus et tous affamés

« Les Imbonerakure enlèvent des militants du CNL, du FRODEBU et de l’UPRONA (non gouvernementale) et des Rwandais. Ils sont torturés, battus et tous affamés. Si la rançon exigée n’est pas versée, ils menacent de les jeter dans la rivière toute proche », confient des victimes rencontrées à Bugabira, Ntega et Kirundo et qui ont été relâchées depuis.

« Une fois, j’ai vu un ressortissant rwandais jeté dans la Kanyaru ligoté, parce qu’il n’avait pas de rançon. Sa famille a dû verser 150 000 FBU pour le sauver », raconte un rescapé.

SOS Médias Burundi a tenté de joindre le gouverneur de Kirundo, Alain Tribert Mutabazi pour réagir sur cette affaire. Ce dernier a refusé de s’exprimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *