Le ministre de l’Intérieur interdit l’implantation de nouvelles églises en mairie de Bujumbura


Dans une réunion tenue avec les représentants des confessions religieuses ce jeudi, Pascal Barandagiye a rappelé plusieurs autres décisions qui seront mises en application d’ici le 2 juillet. (SOS Médias Burundi)

Les confessions religieuses n’ont plus que quelques jours pour se conformer à la circulaire du 17 avril dernier.

Dès le début du mois de juillet, le ministère de l’Intérieur va appliquer la mesure de ne plus agréer une église désirant s’implanter en mairie de Bujumbura.

Conditions rigide pour se conformer à la circulaire

Les églises qui louent des salles de réception, des bars et des salles de classe et des abris de fortune se verront aussi retirer leur agrément et les abris de fortune démolis.

Les confessions religieuses qui louent des maisons en dur doivent présenter un contrat de bail de 10 ans pour ne pas déstabiliser leurs fidèles à coup de déménagements intempestifs. Les étrangers ne sont par ailleurs pas autorisés à diriger une église ou à faire partie d’un organe dirigeant.

Certains représentants d’églises présents ont demandé au ministre de l’Intérieur de prolonger le délai pour qu’ils puissent se conformer à sa décision, sans succès.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *