GITEGA ACCUSE UNE FOIS DE PLUS CHERGUI DE COMPLOTER CONTRE LE BURUNDI

GITEGA ACCUSE UNE FOIS DE PLUS CHERGUI DE COMPLOTER CONTRE LE BURUNDI

Dans un communiqué de presse rendu public ce mercredi 3 juin, le gouvernement du Burundi dénonce les propos qu’il qualifie d’anachroniques tenus par Smaïl Chergui au conseil de sécurité des Nations Unies le 14 juin dernier. (SOS Médias Burundi)

Le commissaire à la paix et à la sécurité au sein de l’Union Africaine a affirmé devant le conseil de sécurité des Nations Unies qu’il n’y a pas d’autres alternatives pour la sortie de la crise burundaise que la reprise du dialogue inter burundais extérieur dans les plus brefs délais. Car selon lui, il constitue sans aucun doute, le seul moyen susceptible de promouvoir et de renforcer la cohésion nationale, permettant la restauration de la paix, de la sécurité durable et de réconciliation au Burundi.

Gitega estime que de tels propos sont mensongers, vicieux, tendancieux et n’ont d’autre but que «poursuivre et parachever le coup d’État avorté en 2015. À la Radio Télevision Nationale, Prosper Ntahorwamiye, porte parole du gouvernement a accusé le commissaire de l’organisation continentale de préparer un complot contre le Burundi.

En 2015, le gouvernement du Burundi accusait M. Chergui de s’être activé pour faire échec à l’organisation des élections.

Selon le porte parole du gouvernement, Chergui est régulièrement cité dans toutes les manœuvres visant à affaiblir le contingent Burundais à travers un plan mal pensé et mal appliqué de diminution sélective des braves fils et filles du Burundi.

Gitega appelle la commission de l’Union Africaine à «suivre de près les agissements du commissaire Chergui». Le gouvernement dénonce aussi les rapports «mensongers et politiquement motivés de la part des autres acteurs qui instrumentalisent la justice internationale, des défenseurs des droits de l’homme afin de saboter la marche démocratique de consolider la cohésion sociale et de relance économique».

Previous Muyinga : L’administration interdit l'ouverture de la permanence du parti CNL
Next Mabayi (Cibitoke) : perpétuité prononcée contre le militaire qui a abattu un homme