Gitega : plus de 6700 détenus de trop dans les prisons burundaises

Gitega : plus de 6700 détenus de trop dans les prisons burundaises

Ce jeudi, le Burundi a célébré le Mandela Day, une journée dédiée aux prisonniers. C’est dans la capitale Gitega qu’ont eu lieu les festivités. Un représentant de la direction générale des affaires pénitentiaires a confirmé que les 11 maisons d’arrêt que compte le Burundi regorgent 10.832 prisonniers. Leur capacité d’accueil est de 4194. ( SOS Médias Burundi)

Un représentant des prisonniers a fait part de mauvaises conditions carcérales.

«Nous sommes autour de 1200 détenus alors que la capacité d’accueil est de 400 détenus. Nous vivons dans des conditions difficiles», a dit Japhet Niyoyankunze, représentant des détenus de la prison centrale de Gitega.

«On nous donne 350 g de haricot et 350 g de farine de manioc par personne, une ration insuffisante par jour, quand on ne reçoit pas une assistance venue de l’extérieur. On n’est obligé de manger qu’une fois par jour, suite à une surpopulation carcérale. On passe la nuit dans des tentes construites dans le hangar. Beaucoup d’entre nous souffrent de la malaria, des malaises diarrhéiques suite à ces mauvaises conditions», déplore Richard Hakizimana, un des détenus qui s’est confié à SOS Médias.

«Le gouvernement a un programme de réduire les effectifs trop élevés dans les prisons. Nous avons mis en place une commission permanente chargée d’étudier les dossiers des détenus, la grâce présidentielle est accordée à la fin de chaque année. Nous effectuons également la vulgarisation de la loi pour prévenir des conflits, et les juges organisent des descentes sur terrain afin de régler les conflits fonciers. J’ai mis en place une unité de protection des victimes et des témoins. Les justiciables indigents qui bénéficient gratuitement d’une assistance des avocats au cour de leurs procès , la multiplication des réunions est l’intention des juges afin d’accélérer les procès des prévenus», a énuméré Aimée Laurentine Kanyana, ministre de la justice et garde des sceaux dans son discours de circonstance.

69 détenus dont 9 femmes de la prison centrale de Gitega ont été libérés.

«Le gouvernement est conscient de cette situation dans les prisons, c’est pourquoi le thème de cette année est : tous les acteurs de la chaîne pénale, ensemble pour réduire la surpopulation carcérale, les prisons coûtent beaucoup au pays, cinq milliards de Fbu par an. Je demande aux services concernés d’accorder une libération provisoire aux détenus accusés de petites infractions comme le vol des poules, des récoltes dans les champs,……. », a dit Gaston Sindimwo, le premier vice-président de la République du Burundi qui a pris part à ces festivités.

Previous Lac Tanganyika : des pêcheurs burundais agressés et "taxés" dans les eaux congolaises
Next Rumonge : levée de la mesure de saisie du lot de boissons BRARUDI