APRODH s’inquiète de la situation sécuritaire et des droits humains


Burundi APRODH

Selon un rapport du mois de juillet sorti par l’APRODH, des différentes violations des droits humains ont été commises dans différentes localités du pays tout au long du mois de juillet 2019. Le rapport revient également sur des entraînements paramilitaires, attaques des bandes armées et contributions forcées accentués au cours du mois de juillet dernier. (SOS Médias Burundi)

L’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH) rappelle que le mois de juillet a connu plusieurs violations des droits humains. Le rapport revient sur des dates qui ont été retenues pour différentes violences subies par les membres du parti Congrès National pour la liberté (CNL) à travers le pays.

Il s’agit des cas d’intolérance politique, des attaques et destructions des permanences du parti CNL dans plusieurs localités du pays.

Sur le plan judiciaire, des arrestations arbitraires et détentions illégales, des cas de personnes enlevées et portées disparues ont été identifiés.

Ce rapport revient également sur l’augmentation de la population carcérale. Elle a atteint 10.843 sur une capacité d’accueil des prisons de 4 194 personnes. Soit 258,53% de la capacité totale d’accueil des prisons au Burundi.