BUKINANYANA (CIBITOKE) : 14 personnes tuées en moins d’un mois

BUKINANYANA (CIBITOKE) : 14 personnes tuées en moins d’un mois

14 cadavres ont déjà été découverts depuis le 13 août dans les communes de Bukinanyana et Mabayi (province de Cibitoke, nord-ouest du pays). Des habitants demandent des enquêtes indépendantes pour identifier les victimes et les bourreaux. L’administration dit avoir entamé les enquêtes. Elle explique que les corps ont été inhumés pour éviter la contamination de la population environnante. (SOS Médias Burundi)

La découverte la plus récente est celle d’un corps sans vie d’un homme du nom de Samuel Bapfekurera. Il a été découvert dimanche 1er septembre sur la colline Ruseseka en zone de Buhoro dans la commune de Mabayi.

Cinq autres cadavres avaient été retrouvés mercredi 28 août sur la colline Ndemera, dans la zone de Bumba, en commune de Bukinanyana. Ce sont des passants en provenance du marché de Ndora qui se sont aperçus des corps en premier.

Des témoins précisent que les cadavres étaient ceux d’orpailleurs clandestins. Les victimes ont été reconnues. Elles étaient originaires des communes de Bukinanyana et de Mabayi.

Selon des habitants, le chef de zone de Bumba a donné l’ordre de les enterrer dans l’immédiat.

En date du 13 août, deux corps ont été découverts sur la colline Sehe. Le même jour, un autre corps en décomposition a été découvert sur la colline Masango, en zone de Masango.

Le 17 août, un corps non identifié a été vu sur la colline Kibaya, en zone de Ndora.

Cinq jours plus tard, quatre autres personnes ont été retrouvées mortes sur la colline Gafumbegeti, dans la zone de Butahana, en commune de Mabayi. Elles étaient allongées dans la réserve naturelle de Kibira.

Des riverains disent être surpris et préoccupés par l’ampleur de la criminalité.

« On ne comprend pas comment ces tueries sont commises alors que des militaires surveillent la forêt de la Kibira et font des patrouilles chaque jour,  » se lamentent des habitants.

L’administration communale et les forces de sécurité confirment ces découvertes macabres.

L’administration explique qu’elle donne l’ordre d’enterrer les corps pour éviter qu’ils contaminent la population environnante. Elle ajoute toutefois que les enquêtes sont en cours.

Previous Buringa (BUBANZA) : la permanence du parti CNL démolie
Next Gitega: à une semaine de la rentrée scolaire, les parents se plaignent de la cherté du matériel scolaire