Le président tanzanien appelle les réfugiés burundais à rentrer


Burundi RDC Réfugiés

Le chef de l’État tanzanien a appelé vendredi 11 Octobre les réfugiés burundais se trouvant sur le sol de son pays de retourner chez eux. John Pombe Magufuli trouve qu’ils sont pris en otage par des employés d’organisations qui s’occupent des réfugiés. (SOS Médias Burundi)

C’est dans la nouvelle commune de Tanganyika en province de Katavi (nord de la Tanzanie) que le président Magufuli  s’est adressé aux réfugiés.

Parti pour mettre en garde des réfugiés qui s’adonnent au banditisme et qui tuent des tanzaniens, il est longuement revenu sur la situation des réfugiés burundais.

«Pour les réfugiés burundais, comme la paix est revenue au Burundi, je sais qu’il y a des gens qui tirent profit de votre statut de réfugiés car ils reçoivent des salaires, ne les écoutez pas. Vos localités renouent petit à petit avec la sécurité. Vous pouvez retourner sans être forcé », a dit le numéro tanzanien.

Il conseille les réfugiés de ne pas chercher à tout prix à avoir une autre nationalité.

« Ne vous battez pas pour devenir réfugiés, ne vous battez pas non plus pour qu’on vous accorde la nationalité alors que votre pays existe. Nous avons donné la nationalité à 150 mille personnes mais pour le moment votre pays est calme. Après avoir fui et remarqué que le calme est revenu, tu retournes. Même Jésus quand il a fui vers l’Égypte, après le départ d’Hérode, il est rentré pour bien continuer à  prêcher », a-t-il insisté.

Et de s’emporter : «Il y a des gens qui veulent vous pendre comme des marchandises. D’autres vous diront que vous serez payés si vous fuyez, c’est du n’importe quoi. Avez-vous déjà vu ceux qui sont emportés par l’océan Atlantique recevoir des salaires? Pourquoi les laisse-t-on se noyer! Nos amis du pays voisin, vous devez faire l’introspection, retournez afin de  contribuer pour le développement de votre nation. Nous ne vous chassons pas mais on doit vous dire la vérité », a conclu le président tanzanien dans une ambiance plutôt hors normes, en chantant des refrains des chansons burundaises.