Nyabikere (Karusi): l’ancien président du conseil communal détenu depuis 3 jours

Nyabikere (Karusi): l’ancien président du conseil communal détenu depuis 3 jours

Jean Baptiste Bangirinama, membre influent du parti CNDD-FDD et ancien président du conseil communal de Nyabikere de la province de Karusi (Centre-est du Burundi), a été arrêté mardi dernier par la police à son domicile au chef-lieu de la commune de Nyabikere. Il a été par la suite conduit dans les cachots de la police du commissariat provincial de la police à Karusi. (SOS Médias Burundi)

Selon des témoins de la scène d’interpellation, la police a procédé en même temps à l’arrestation de Ramadhan Ntahomvukiye, le beau-frère de  M. Bangirinama, également  membre influent du CNDD-FDD. Ils sont détenus au même cachot du commissariat provincial de la police à Karusi.

Selon Léonidas Nakumuryango, administrateur de la commune de Nyabikere, ils sont soupçonnés d’avoir tenté à l’assassiner. Une grenade qui n’a pas explosé a été retrouvée tout près de sa résidence.

L’autorité communale fait savoir que leur dossier se trouve au parquet de la République à Karusi pour des raisons d’enquête.

D’après des sources locales, il s’agit d’un montage. Jean Baptiste Bangirinama, ancien président du conseil communal de Nyabikere avait émis le souhait de remplacer Léonidas Nakumuryango au poste d’administrateur lorsqu’il avait passé 4 mois à la prison Centrale de Mpimba pour corruption à la justice.

A l’époque, il avait donné  des pots de vin à  des juges afin d’obtenir la libération des personnes qui avaient été  citées dans le détournement de plusieurs tonnes de ciment (octroyé par le bureau du chef de l’État) destiné à la construction du stade moderne de Karusi.

Il avait alors été arrêté et emprisonné depuis le 28 février 2018 avant d’être libéré le 10 juillet de la même année.

Les mêmes sources font savoir que

Ramadan Ntahomvukiye se dispute une propriété foncière avec l’administrateur communal.

Previous Les réfugiés burundais vivant en Tanzanie sous pression de rentrer
Next Attaque des camps militaires de Bujumbura en décembre 2015 : des militants de droits humains et les familles de victimes exigent la vérité et réclament justice

About author