Des habitants accusent des jeunes du parti au pouvoir de commettre des violations en toute impunité à Kayogoro


Des habitants des  collines de Nkaramanyenye et Rutenderi de la zone de Gatabo, dans la commune de Kayogoro (province Makamba, sud du Burundi) dénoncent un groupe de jeunes du parti au pouvoir  qu’ils accusent de commettre des violations «graves » de droits humains sous l’œil complice de certaines autorités administratives. Ils déplorent le fait que la justice n’intervient pas pour punir les auteurs des crimes. (SOS Médias Burundi)

Selon des habitants de la zone de Gatabo, le groupe est composé de quatre individus. Il se serait rendu coupable de plusieurs actes criminels.

Des sources locales disent qu’une vingtaine de personnes ont été tuées dans la localité au cours de l’année passée. « Plus de 25 personnes ont été tuées au cours de l’année 2019. Les responsables sont des Imbonerakure et ils se vantent même »,  regrettent-elles.

Des habitants de cette zone dénoncent un silence complice des autorités locales face aux crimes commis.« Les auteurs de ces crimes sont connus mais aucune enquête n’a été menée par les autorités administratives et policières contre les présumés criminels», disent-ils avant de préciser que les auteurs avoués  sèment la terreur partout.

Des proches et des  familles des victimes affirment avoir  peur de porter plainte contre les jeunes impliqués dans les  «crimes ».

Des témoignages recueillis par SOS Médias Burundi disent que le groupe d’Imbonerakure négocie même  pour des assassinats liés aux confits sociaux. «Toute personne qui veut se débarrasser de quelqu’un qui la gêne fait recours à ce groupe qui tue en toute impunité», alertent des habitants de la zone de Gatabo en accusant Gervais Habonimana, chef de zone de  protéger ce groupe.

Ils demandent aux autorités administratives et policières hiérarchiques d’intervenir.

Depuis le déclenchement de la crise en 2015, les jeunes du parti CNDD-FDD sont régulièrement cités dans «des violations graves de droits humains ». Le parti présidentiel a toujours défendu sa jeunesse. «Ceux qui les indexent sont des ennemis de la Nation qui veulent ternir l’image du Burundi parce que ces jeunes sont toujours à l’œuvre pour résister à l’impérialisme et contribuer au développement de leur pays », a réagi à plusieurs reprises le CNDD-FDD.