La CNIDH déplore les conditions de détention des prisonniers

La CNIDH déplore les conditions de détention des prisonniers

Dans son rapport annuel qui a été présenté hier devant les députés, la commission nationale indépendante des droits de l’homme a déploré la surpopulation carcérale au Burundi. Les causes sont les vices de procédure observés dans plusieurs juridictions. (SOS Médias Burundi)

Le président de la commission a indiqué qu’il existe plusieurs cas de détentions provisoires, décidées dans l’illégalité. Certains de ces cas de détentions sont ordonnés par les autorités administratives, a précisé Sixte Vigny Nimuraba. Il regrette également plusieurs cas de non renouvellement des ordonnances de prolongation de la détention qui devait normalement être renouvelé chaque mois de maintien en détention préventive.

Dans les cachots et dans tous le pays, la commission a constaté la lenteur de transfert des détenus sous mandat d’arrêt vers les cachots des parquets éloignés ou vers les prisons.

La surpopulation carcérale, conséquence des violations de la loi

Avec une capacité d’accueil de 4194, la prison centrale de Mpimba a largement dépassé sa capacité d’accueil jusqu’au 27 décembre 2019 avec un taux d’occupation de 273,3% », a précisé M. Nimubona, président de la CNIDH.

Une autre raison et non la moindre qui explique la surpopulation carcérale est la prolongations des délais de détention provisoire. « Sur 11.464 prisonniers que la commission a visités, 5224 avaient dépassé les délais légaux de détention ».

Pour M. Nimuraba, les prisonniers victimes des lenteurs judiciaires sont ceux dont les dossiers sont devant les juridictions d’appel, ceux dont les dossiers ont été transférés en provenance d’autres prisons ainsi que les coaccusés dont les dossiers n’avancent pas normalement.

La CNIDH a enquêté sur certaines des raisons de la lenteur dans le traitement des dossiers. C’est notamment le manque de moyens logistiques pour l’organisation des sessions d’itinérance et le transport des prisonniers devant comparaître en audience publique.

___________________

Photo: des prisonniers à l’intérieur de la prison centrale de Bujumbura

Previous Kayogoro : Cinq membres du CNL en détention
Next Covid-19: le HCR réforme son système de distribution des vivres dans les camps de réfugiés en Tanzanie