HCR-Rwanda: une assistance qui divise


Le HCR-Rwanda donne une “assistance exceptionnelle” aux réfugiés urbains pour leur soulager des mauvaises conséquences du confinement lié au Covid-19. Alors que le comité des réfugiés s’attendait à une aide de 30$ à chaque réfugié par mois sur une période de trois mois, le HCR a établi ses critères pour sélectionner les “plus vulnérables” que les autres. Des réfugiés y voient une « exclusion ». (SOS Médias Burundi)

Ce sont les réfugiés qui vivent dans le district de Huye (Ancien Butare) au sud du pays qui ont été les premiers à bénéficier de l’aide. Ils ont eu la première tranche en mai dernier.

Ceux de Kigali, la capitale rwandaise et ses environs ont alors tourné les pouces croyant que le prochain approvisionnent devait les concerner.

Du coup le HCR a clarifié les choses, soulignant que ce sont “les plus vulnérables” qui vont être servis.

Cette agence onusienne a d’ailleurs dévoilé certains des critères d’éligibilité: “La vulnérabilité économique, les personnes les plus âgées, des familles avec un seul chef de ménage et des enfants à charge, des personnes handicapées, des enfants non accompagnés et ceux qui bénéficiaient d’une assistance ponctuelle du HCR”, a énuméré le porte parole du HCR Rwanda sur les ondes de la VOA (Voice of America), section Kirundi.

Le Rwanda compte plus de 12 000 réfugiés urbains dont plus de 10 000 Burundais.

7.000 sont concernés par l’assistance en question.

Le comité des réfugiés déçu

Le comité des réfugiés urbains a écrit à la représentation du HCR au Rwanda pour lui faire part de ses inquiétudes.

“Demande de distribution équitable de l’aide aux réfugiés urbains”, tel est l’objet de la lettre lui adressée.

Dans sa lettre, ils demandent que « tous les réfugiés soient assistés sans exception”.

« Le HCR s’est basé sur des critères non objectifs. L’unique critère qui devrait être retenu est le confinement qui n’épargne personne », indique Patrice Ntadohoka, président du comité des réfugiés urbains au Rwanda.

Et d’ajouter que “l’assistance peut être accordée pour deux mois au lieu de trois pour que tout le monde soit servi et ainsi éviter que ce soit une assistance qui divise”.

Refus catégorique

Cette agence onusienne explique qu’elle s’est basée sur des critères établis dans ses bases de données, fournis par un réfugié ou demandeur d’asile lors de son accueil.

“En raison de ressources limitées, tous les réfugiés et demandeurs d’asile ne peuvent pas être assistés. Seuls les plus vulnérables sont pris en compte”, a indiqué Ahmed Baba Fall, représentant pays du HCR avant de signifier qu’il s’agit d’une assistance ponctuelle pour une seule fois.

Le ministère rwandais ayant les réfugiés dans ses attributions a été saisi par le comité des réfugiés pour aider à régler l’affaire.

La majorité des réfugiés, essentiellement Burundais, estime qu’il y a un flou dans la distribution de cette assistance particulière destinée aux réfugiés urbains dans la période de confinement lié au Covid-19.

Le Rwanda compte plus de 150.000 réfugiés, plus de la moitié étant d’origine burundaise.

________________________________

Photo: des réfugiés qui rentrent à Ruyigi