Photo de la semaine : l’interminable poursuite des membres des familles de trois hommes tués à Burambi

Photo de la semaine : l’interminable poursuite des membres des familles de trois hommes tués à Burambi

Après les deux fils de feu Déo Niyongabo, un ancien sous-officier de l’armée à la retraite tué dans une opération de la police le 16 janvier 2021 et de son frère Égide Sindayigaya mort au commissariat de Rumonge ( Sud-ouest), la police continue d’arrêter des membres de la famille restreinte des défunts et d’un ancien gendarme (Protais Niyondiko) tué le 18 janvier. Ils sont détenus au commissariat provincial. (SOS Médias Burundi)

La veuve de Protais Niyondiko, un des fils de feu Égide Sindayigaya, un des fils de feu Déo Niyongabo, un enseignant de la famille Niyondiko et un autre individu dont l’identité n’est pas encore connue sont détenus au commissariat provincial de Rumonge depuis ce mardi.

Les deux cousins avaient été interpellés fin janvier et détenus au cachot de la police à Burambi.

Leurs codétenus ont été appréhendés quant à eux ce mardi sur la colline de Gishiha, en zone de Maramvya dans la commune de Burambi (province de Rumonge).

La police a affirmé que le militaire et gendarme à la retraite tués en janvier étaient des leaders d’un groupe armé qui a tué au moins 26 personnes lors des quatre dernières années.

Le troisième, Égide Sindayigaya mort au commissariat de Rumonge après être torturé ( selon nos sources) a été présenté six jours avant par le porte parole du ministère en charge de la sécurité comme un « criminel » qui collaborait avec le groupe.

Ni la police ni le parquet n’ont jusqu’ici expliqué les circonstances dans lesquelles il est décédé.

La veuve de feu Niyongabo et un autre fils de l’ancien militaire tué dans une opération de la police le 16 janvier à Maramvya sont détenus à la prison de Murembwe (Rumonge) depuis plus de neuf mois.

Ils sont poursuivis pour « non dénonciation d’un criminel ».
Les autorités estiment qu’ils ont caché des informations sur le lieu où le chef de ménage logeait quand il était encore en vie.

________________

Photo : Égide Sindayigaya, assis à terre, le troisième en partant de la gauche, le 19 janvier à Maramvya lorsque le porte parole du ministère ayant en charge la sécurité les montrait à des habitants de la localité.

Previous Muramvya : deux personnes tuées à Kiganda
Next Nduta (Tanzanie) : un réfugié burundais introuvable depuis quatre jours

About author

You might also like

Photo de la semaine

Photo de la semaine: 12 personnes mortes dans le site de Mubone

Au moins 8 enfants et 4 vieilles femmes sont morts dans le site de Mubone au cours de ce mois d’août, suite à la famine. Les victimes sont installées dans

Photo de la semaine

Photo de la semaine : le président Neva gracie les journalistes d’Iwacu

Ils ont été libérés la veille de Noël en fin d’après-midi. Toutes les charges qui pesaient sur eux ont été abandonnées. Dans un décret signé le 23 décembre, le chef

Photo de la semaine

Photo de la semaine : destruction des médias à Bujumbura, 5 ans déjà.

Il y a 5 ans, des militaires et policiers tentaient un coup d’État pour renverser le président Pierre Nkurunziza. Le putsch a échoué et provoqué une vague de répression ainsi