Photo de la semaine-Ituri (RDC) : plus de 150 mille déplacés accueillis en moins de deux semaines

Photo de la semaine-Ituri (RDC) : plus de 150 mille déplacés accueillis en moins de deux semaines

La chefferie de Babila Bakwanza en territoire de Mambasa dans la province de l’Ituri à l’est de la RDC, accueille depuis le lundi 11 avril 2022, plusieurs milliers de déplacés fuyant l’insécurité sur le tronçon Komanda-Mungamba. Le président du comité des déplacés dans cette zone, affirme avoir déjà dénombré plus de 150 mille personnes déplacées depuis cet exode. Les éloignés fuient des attaques de rebelles affiliés au mouvement rebelle ADF qualifié de terroriste par les États-Unis et les Nations-Unies. (SOS Médias Burundi)

Des femmes, hommes, vieux et enfants venus des villages situés entre la cité de Komanda et le village de Mungamba vivent sans assistance de la part du gouvernement ni des ONGs qui oeuvres dans ce secteur, a remarqué un reporter de SOS Médias Burundi.

Noé Okameli, président de comité des déplacés indique que « la plupart d’entre nous dormons à la belle étoile », car n’ayant pas des familles d’accueil.

Des chiffres également confirmés par le conseil local de la jeunesse qui affirme que « ces vulnérables sont répartis dans plusieurs aires de santé dont Bahaha ».

« Nos frères vivent dans des écoles, églises voire sur les étalages au marché. C’est déplorable », regrette Roger Asumani, représentant du conseil de la jeunesse en groupement de Babila Bayaku.

Au moins trois attaques attribuées aux rebelles ougandais des ADF (Forces Démocratiques Alliées) ont été signalées en l’espace d’une semaine dans cette partie de l’Ituri, faisant ainsi plus de 20 morts et d’importants dégâts matériels, selon les autorités locales.

Plus de 80 personnes ont étés tuées dans le territoire d’Irumu dans une période ne dépassant pas dix jours, plusieurs autres enlevées par des miliciens, des maisons incendiées , selon Christophe Munyanderu, responsable de la CRDH (convention pour le respect des droits humains) en Irumu.

La province de l’Ituri tout comme celle frontalière du Nord-Kivu continuent d’être le théâtre des attaques de groupes armés locaux et étrangers malgré l’Etat de siège y instauré depuis le 6 mai 2021 et les efforts des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) appuyées par l’armée ougandaise.

__________________

Photo : des déplacés dormant à la belle étoile

Previous Cibitoke : découverte d'un corps
Next Burundi : un artiste maintenu en détention