Nakivale (Ouganda) : des enfants meurent en grand nombre, des structures sanitaires soupçonnent la malnutrition comme cause

Nakivale (Ouganda) : des enfants meurent en grand nombre, des structures sanitaires soupçonnent la malnutrition comme cause

Depuis des jours, des enfants de moins de 5 ans meurent en grand nombre dans le camp de réfugiés de Nakivale en Ouganda. Des parents disent être dépassés par la situation qu’ils jugent « intenable » et appellent au secours. Medical Team International (MTI), une ONG chargée du volet santé au camp de Nakivale soupçonne la malnutrition comme une des causes principales de ce phénomène. (SOS Médias Burundi)

Selon des sources sanitaires, au moins trois enfants meurent chaque semaine ces derniers jours, un constat amer fait par Medical Team International (MTI).

«C’est un phénomène malheureux qu’on observe depuis quelques semaines. Depuis la réduction de l’assistance mensuelle en ration par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) de 31.000 shillings ougandais jusqu’à 13.000 par individu, les enfants de moins de 5 ans meurent en grand nombre. Nous pensons que c’est la cause directe.Nous osons croire que ces cas de mort sont liés à la malnutrition infantile », réagissent des agent de MTI qui affirment avoir compté douze enfants morts le mois dernier.

Les réfugiés déplorent ce qu’ils appellent la « non assistance à personne en danger » par des services habilités et craignent le pire.

[…], nous crions au secours, mais le HCR et l’Office du premier ministre en charge des réfugiés ne réagissent pas pour trouver de solution », déplorent des réfugiés.

De petites associations communautaires essayent de sensibiliser les ménages à s’habituer à l’entretien de potagers où on cultive surtout des légumes. Des réfugiés affirment y répondre massivement pour faire face à la ration insuffisante reçue comme assistance.
Ils indiquent « se sentir lâchés par le HCR qui nous a signifié que les fonds ont manqué ».

« Je ne trouve pas de solution pour mes trois enfants. Il m’est très difficile de trouver au moins un repas par jour. On ne mange que le matin seulement. Le HCR nous a abandonnés alors qu’il est notre parent principal ici au camp », s’indigne une mère rencontrée au Centre de santé III de Nyarugugu avec un enfant souffrant des maladies liées à la malnutrition.

Medical Team International accepte de plaider pour ces réfugiés auprès du HCR avec ces nouvelles données de morts infantiles. Elle promet aussi de chercher d’autres bienfaiteurs pour lutter contre ce problème de malnutrition récurrente afin de voir dans quel cadre l’on pourrait augmenter la quantité de Soja que reçoivent les enfants de moins de deux ans et ceux de moins de cinq ans , mal nourris.

Le camp de Nakivale abrite plus de 41mille Burundais.

________________

Photo : une pancarte indiquant le centre de santé du camp des réfugiés de Nakivale.

Previous Tanzanie : un émissaire burundais pour sensibiliser les réfugiés au rapatriement volontaire
Next Burundi : des étudiants de l'Université du Burundi déplorent la précarité de la vie