Photo de la semaine-Rwanda-RDC : la RDC a réduit les heures d’ouverture de ses frontières avec le Rwanda après la mort d’un militaire congolais

Photo de la semaine-Rwanda-RDC : la RDC a réduit les heures d’ouverture de ses frontières avec le Rwanda après la mort d’un militaire congolais

La direction générale de migration de la RDC (DGM) a pris la décision de fermer vendredi dernier à partir de 15 heures, les postes frontaliers, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu après un incident survenu le même jour, occasionnant la mort d’un militaire congolais entre le district de Rubavu (ouest du Rwanda) et Goma (chef-lieu du Nord-Kivu). (SOS Médias Burundi)

Le militaire congolais a été tué à la frontière séparant la RDC et le Rwanda à la « Petite Barrière » par des éléments de la police rwandaise , selon un communiqué de l’armée rwandaise qui affirme que le défunt s’était introduit à l’intérieur du territoire rwandais à 25 mètres, tirant sur des civils qui traversaient la frontière et le personnel de sécurité rwandais.

Les frontières avec le Rwanda seront ouvertes entre 6h et 15h. Elles étaient ouvertes jusqu’à 22h avant l’incident.

Cette mesure drastique intervient également après que le conseil supérieur de la défense ait décidé de suspendre tous les accords, conventions signés avec le Rwanda.

Cette mesure, saluée par certains habitants de la ville de Goma aura des conséquences économiques dans les deux pays , selon un expert économique contacté au téléphone.

Les gouverneurs des deux provinces frontalières avec le Rwanda indiquent que c’est sur « instruction de la haute hiérarchie du pays et compte tenu de la situation sécuritaire » que la mesure a été prise.

____________________

Photo : une ambulance des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) rapatrie le corps du militaire tué à la frontière entre le Rwanda et la RDC , vendredi le 17 juin 2022

Previous Nduta (Tanzanie) : bonne cohabitation entre les réfugiés burundais et la communauté d’accueil
Next Bwambarangwe : vol du matériel à l'hôpital de Mukenke, le personnel exige une enquête indépendante